Mondilisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 94 (23475 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1 : Mondialisation : manifestation, justification et contestation.

I) Concepts et définition

1) Mondialisation et globalisation

Fond monétaire international FMI : l’interdépendance économique croissante de l’ensemble des pays du monde provoqué par l’augmentation du volume et de la variété des transactions transfrontières des biens et services ainsi que des fluxinternationaux des capitaux en même temps que la diffusion généralisé de la technologie.

G20 : intégration croissante des économies nationales par la suite de la plus grande mobilité des biens, des services, des capitaux, des gens et des idées.

Globalisation : il a d’abord désigné un phénomène limité à savoir la mondialisation de la demande, par la suite il s’est enrichi pour identifier une nouvellephase et l’économie mondiale.

← Théodore LEVITT en 1983, il propose ce terme pour désigner la convergence des marchés dans le monde entier. Selon cette approche, la globalisation et la technologie seraient les deux facteurs qui façonnent les relations internationales.

La société globale se comporte comme si le monde entier constitue une entité unique. Elle vend la même chose, dela même manière partout (Mc do). Les firmes peuvent s’ajuster à des différentes nationales lorsqu’elle ne parvient pas à composer les demandes qui s’adressent à elle.

La globalisation des marchés s’oppose à la vision du cycle du produit.

Il s’applique surtout à la gestion des firmes multinationales et concerne surtout les échanges des biens et services.

← Kenichi OHMAE. Il vaélargir la notion à l’ensemble de création de valeur (Recherche et Développement, production, marchandisation, service, finance). Elle désigne une forme de gestion totalement intégrée à l’échelle mondiale de la grande firme multinationale.

On va distinguer 4 phases :

- La firme exporte à partir de sa base nationale

- La firme établit des services de vente à l’étranger

- Lafirme produit à l’étrange, délocalisation de la production

- La société mère apporte à sa filiale la maîtrise complète de la chaîne de valeur.

- Une 5ème étape : l’intégration global où les firmes du même groupe les recherche et développement et finance leur investissement ensemble et recrutent leur personnel à l’échelle mondiale.

Firme transnationale, il n’y a plus desociété mère qui contrôlerait l’activité de la multinationale à partir du siège situé dans un pays.

← Les différents espaces nationaux sont amenés à satisfaire leur exigence en raison de leur forte mobilité dont elle bénéficie.

La globalisation désigne alors le processus à travers lequel les entreprises les plus internationalisées tentent de redéfinir à leur profit les règles du jeu imposéauparavant par les Etats nations. Se sont l’investisseur qui choisit le pays. Caractère irréversible de ce processus par l’impuissance des politiques traditionnelles.

A ce niveau on passe la gestion des grandes firmes pour l’architecture …

Du niveau micro au niveau macro.

On passe des règles de bonne gestion privée à l’établissement des politiques économiques et redéfinition desinstitutions internationales.

Il s’agit d’une évolution en cours jusque l’Etat final d’origine international qui remplacerait le système mis en place par Bretton Woods (FMI, Banque mondiale).

La globalisation peut désigner une nouvelle configuration qui marque une rupture par rapport aux étapes précédentes de l’économie internationale. L’économie était internationale dans la mesure où son évolutionétait déterminée aux niveaux des Etats nations.

Les économies nationales seraient décomposées puis réarticulées au sein d’un système de transaction et de processus opérant directement au niveau international.

Cette dernière définition plus générale met l’accent sur une rupture par rapport à l’ensemble des régimes nationaux qui se sont succédé jusqu’ici. Selon cette nouvelle configuration...
tracking img