Monologue hernani

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (599 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monologue du roi

Le monologue de don Carlos est marqué par une ponctuation particulière : tirets, points de suspension, points d’exclamation permettent les pauses respiratoires et indiquent lesvariations dans l’intonation. On remarque ainsi que ce sont les états d’âme successifs du roi qui sont évoqués.
Le rythme ternaire, les nombreuses répétitions ainsi que les deux premiers vers (avecun contre-rejet au vers 1482) soulignent la violence de la parole.
L’emploi des infinitifs "avoir été", "ne pas l’être", "sentir", etc. relève du désir de don Carlors mais aussi de sa crainte. Demême, la variété des pronoms personnels employés (le "je" de don Carlos et le "il" qui désigne Charlemagne) concourt à établir un dialogue fictif.
Le lyrisme du monologue relève de l’exaltation du roi :lexique de la démesure, rimes significatives. Les vers 1488 à 1492 assimilent le démiurge à l’empereur (métaphore du sculpteur).
Don Carlos et sa rêverie sur le pouvoir

Le champ lexical de lagrandeur ("grand", "plus beau", "géant", etc.) témoigne du rêve illusoire de don Carlos. Il en est de même pour les références aux figures symboliques : "Pierre et César", "Le Pape et l’Empereur","Charlemagne", "Annibal", "Attila". Le personnage de Napoléon, dont la présence est implicite dans notre texte, n’est jamais nommé.
→ caractère épique : fascination pour la puissance et la domination. Cesont les images de gloire qui l’emportent sur celles du néant (à partir du vers 1510).
C’est tantôt la vanité du pouvoir qui est évoquée, tantôt le néant (vision réaliste avec "voyez la poussière quifait un empereur !") : antithèses (vers 1494 à 1500), images (vers 1506 à 1508).
Mots de conclusion

Un monologue qui a une fonction dramatique : solitude du roi / dignité du nouveau titre qu’ilconvoite.
La présence du lyrisme et d’un certain caractère épique dans le drame romantique relèvent de l’expression poétique. Cf. Préface de Cromwell où Hugo définit une nouvelle poétique :
Que si...
tracking img