Monologue

Pages: 2 (289 mots) Publié le: 19 février 2011
FRANCAIS
(Monologue)

IPHICRATE : Mais insolent, ne m’as-tu pas tutoyé ?
(Lui tournant le dos) Je ne peux me faire malmener de la sorte ! Il estimpensable de converser de cette manière avec un manant inculte. J’ai fais de belles études, je sais écrire de belles lettres.
(Se retournant vers lui en rehaussantses épaules et bombant son torse). J’ai un rang, un honneur qui ne peut être bafoué de la sorte.
(D’un ton très moqueur) Un serviteur reste un serviteur!(Se forçant en se tenant les côtes) Même si vous avez servit les plus grands écrivains, académiciens et politiciens cela n’est rien comparé à moi. Je suisMaître comme l’était mon Père, mon Grand-père et ses aïeux. Et toi tu es né moins que rien comme tes Parents !
(Complètement abasourdi ne bouge pas) Moi rangerta chambre et préparés tes habits pour le repas organisé par TRIVELIN! …….c’est que ………
(D’un air résigné, dos voûté, la tête dans les épaules) Je n’ai pasta pratique… C’est que je n’ai rien appris pour la vie de tous les jours. Je ne sais que donner des ordres et converser avec les notables. Avant je n’avais pasbesoin de savoir tout çà.
(Les larmes lui montent aux yeux). Oui j’ignorais tout se travaille, je comprend comment tu peux être touchés lorsque je te parlesèchement, quand je t’interpellent sans façon à toute heure du jour et de la nuit. Qu’ai-je été ignorant pour ne pas m’apercevoir ! Je vois maintenant cettevie est faite de vexations quotidiennes que j’ignorais jusque là. Maintenant je réalise ô combien l’asservissement est indigne de la condition humaine.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • monologue
  • Monologues
  • Monologue
  • Monologue
  • Monologue
  • Monologue
  • Monologue
  • monologue

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !