Montaigne, « au lecteur »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1221 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Essais

Montaigne, « Au lecteur »

C’est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t’avertit dès l’entrée que je ne m’y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n’y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire : mes forces ne sont pas capables d’un tel dessein. Je l’ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis : à ce que, m’ayant perdu (ce qu’ils ontà faire bientôt), ils y puissent retrouver aucuns traits de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent plus entière et plus vive la connaissance qu’ils ont eue de moi ; Si c’eût été pour rechercher la faveur du monde, je me fusse mieux paré et me présenterais en une marche étudiée. Je veux qu’on m’y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice :car c’est moi que je peins. Mes défauts s’y liront au vif, et ma forme naïve, autant que la révérence publique me l’a perms. Que si j’eusse été entre ces nations qu’on dit vivre encore sous la douce liberté des premières lois de nature, je t’assure que je m’y fusse très volontiers peint tout entier, et tout nu. Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre : ce n’est pas raison que tuemploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain. Adieu donc. De Montaigne, ce premier de mars mille cinq cent quatre-vingt.

Introduction

Montaigne est un écrivain du 16ème siècle, auteur des Essais, œuvre autobiographique qui s’oppose aux Confessions de Rousseau dans le sens où les Essais sont parus de son vivant. « Au lecteur » se situe dans le préambule, 1588. Littéralement, le motessai signifie l’action de mettre à l’épreuve. Dans cet ouvrage, le sujet essaie de se saisir lui-même dans l’acte d’écrire. Le préambule pose les termes du pacte autobiographique qui présente quelques dénominateurs communs avec les Confessions, même si Rousseau accusait Montaigne d’être «  un faux sincère ». Tous les écrivains qui s’interrogent sur eux, se questionnent quant à leur démarche.C’est ce que fait Montaigne dans le préambule. En analysant sa propre façon de faire, il définit de façon plus générale, l’écriture autobiographique dans sa relation au lecteur. Nous étudierons dans un premier temps, l’écriture autobiographique puis, en second lieu le rapport entre Montaigne et ses lecteurs.

I – L’écriture autobiographique

1,- Les obstacles et les moyens linguistiqueset esthétiques

Il veut respecter les règles et les mœurs de son temps : « Je veux qu’on m’y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice ». L’écriture et l’esthétique ne supposent selon le penseur aucun effort particulier, « tout nu », sans fard, sans intention aucune marque l’opposition du naturel et de l’artificiel. La volonté de l’auteur est affirmée par leprésent de vérité générale, « c’est moi que je peins », « je veux qu’on me voie », détermination de l’auteur renforcée par la proposition relative. La peinture du moi par le moi est nécessairement naturelle et sans artifices.

2 – Les enjeux du texte écrit

La question est envisagée du point de vue de sa finalité, quelle est la fin de l’introspection ? Montaigne nous répond, « aucune fin,que domestique et privée ». La richesse recherchée n’est pas la notoriété, « je n’y ai nulle considération de ma gloire », ni « de la faveur du monde », et ajoute t’-il, « je l’ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis ». L’objectif est fixé, il s’agit de se faire connaître des autres, « ils nourrissent, plus entière et plus vive, la connaissance qu’ils ont eue de moi ». Il veutlaisser la trace d’un exemple. On peut faire une analogie avec le préambule de Neufchâtel de Jean Jacques Rousseau pour qui la finalité est d’être un objet de réflexion pour le cœur des hommes.

3 – Problème de l’aveu et de la vérité

« C’est ici un livre de bonne foi », l’affirmation initiale de la bonne foi est développée dans l’ensemble du texte. Il donne à son œuvre un caractère...
tracking img