Montaigne et la mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1076 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Accueil ›
• Culture ›
• Cinéma ›
• La vie avant la mort
La vie avant la mort
Bernard Héber et Renée-Claude Riendeau présentent Offre-moi ton corps au FIFA
Caroline Montpetit   18 mars 2010  Cinéma
[pic]
Photo : Source: Claire Obscura
Elinor Carucci, une des dix photographes qui proposent un regard original sur le corps humain.
On le regarde en secret avec affection, avec sestaches, ses cicatrices, ses rides, ses rictus, son âge. Puis on le compare avec une moue déçue à l'image uniformisée du corps idéal des grandes affiches de sous-vêtements à la mode.

Dans Offre-moi ton corps, le film de Bernard Héber et Renée-Claude Riendeau, le corps, celui de la femme surtout, est le personnage principal. Les autres, ce sont les dix photographes qui proposent un regardoriginal sur le corps humain à travers leur travail. Ils photographient des femmes en position décontractée ou des femmes enceintes, des transgenres en cours de transformation d'un sexe à un autre, des enfants pleurant et criant, mais aussi des poupées-femmes offrant leur compagnie muette à des hommes esseulés, ou encore des corps décédés dont on a traqué sur les visages la dernière expression, enfindélivrés des souffrances terrestres. Ce film sera présenté dimanche, le 21 et mardi le 23 mars prochain au Festival international du film sur l'art, qui débute aujourd'hui à Montréal.

Déjà, l'an dernier, les deux cinéastes avaient présent L'Art du nu, un triptyque documentaire qui proposait le regard des modèles sur cet art. Si la peinture et la sculpture y avait été largement abordées, laphotographie y était seulement effleurée. Petite-fille du peintre Stanley Cosgrove, Renée-Claude Riendeau a longtemps vécu dans l'intimité d'un modèle puisque sa grand-mère posait régulièrement pour son mari. Et c'est au Mexique, en se lançant sur les traces de son grand-père Cosgrove, ami du fresquiste mexicain Orozco, que Renée-Claude a rencontré Bernard Héber, qui allait devenir son associé.

Cettefois, les cinéastes offrent un regard sur le corps réel des modèles amateurs comme professionnels, nous forçant à constater l'écart entre la réalité rêvée et la réalité vécue. Cela commence par Elinor Carucci, qui se penche sur elle-même pour prendre par exemple des photos de son nombril, d'un grain de beauté au coin d'une bouche. «Quelque chose d'honnête», voilà comment elle décrit son travail decréation. Plus tard, on la verra aussi photographier ses enfants, boudant et grognant. Elle raconte d'ailleurs qu'elle leur a formellement interdit l'usage du mot «cheese», à la maison.

Suit, entre autres, Jeff Bark, photographe de mode, qui, n'en pouvant plus de photographier des corps «tous pareils», grave sur pellicule des femmes grosses, aux formes tombantes, dont il camoufle parfois levisage sous des sacs ou des oursons de peluche.

Les projets d'Elena Dorfman sont plus troublants encore. Dans le film, elle s'intéresse d'abord à la transformation des transgenres, à des femmes devenant graduellement des hommes. Elle traque cette transformation dans des gestes quotidiens, observant par exemple comment ces hommes en devenir nouent leur cravate. Plus loin, Elena Dorfman nousentraîne dans le jardin secret d'un homme qui vit en compagnie de cinq poupées, déguisées en pin up, en partenaires sexuelles, en épouses, en amies.

«Non seulement les femmes veulent ressembler à des poupées, mais les poupées veulent ressembler à des femmes», dit l'homme qui vit à l'abri des regards de sa communauté, en Angleterre. Selon lui, on se leurre toujours en jaugeant les gens à leur apparencepuisqu'on a jamais d'eux qu'une perception subjective. Ses poupées, quant à elles, ne sont qu'apparence. Impossible de se fourvoyer à leur sujet.

Des feuilles qui tombent avant l'automne

On traverse aussi l'univers d'Art Myers, qui photographie des femmes atteintes du cancer du sein en tentant de montrer leur existence dans son ensemble, plutôt que de ne se concentrer que sur leurs...
tracking img