Montaigne, les essais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (360 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
les Essais, Montaigne.

1. Introduction :

Michel de Montaigne est né le 28 Février 1533 et mort le 13 Septembre 1592.
Il est fondateur de l'introspection il disait d'ailleurs « Je n’ai d’autreobjet que de me peindre moi-même », il veut donc dépeindre son propre portrait. Il a fait la connaissance de la Boétie en 1557, point important étant donné qu'en "réponse" à la partie de L'amitié, laBoétie à écrit Discours de la servitude volontaire (écrit en 1548).

Écrit en 1580, de l'amitié est tiré des Essais, partie qui rend hommage à la Boétie. Ce texte relate donc l'amitié entre les deuxhommes. Amitié considéré par Montaigne comme le mélange de leur deux âmes afin de n'en former qu'une seule.

2. Lecture du texte

3. Annonce des axes

Exemple :

Dans une première partie nousétudierons la présence du destin dans leur amitié, puis dans une seconde partie nous analyserons en quoi cette amitié est-elle si différente des autres et enfin dans une dernière partie nous verronsen quoi cette amitié est elle considéré comme invincible.

4. La partie commentaire :

I. Une amitié prédestinée :

- Comme si le destins les avaient liés.
- Amitié parfaite car non préméditée(l. 15) « Nous nous cherchions avant que de nous êtres vus » comme si ils avaient été fait pour se trouver tout les deux.
- La Boétie est mort lorsque Montaigne rajoute (l.28) « Ayant si peu à durer,et ayant si tard commencé… »

II. Une amitié différente des autres :

- Amitié fusionnelle
- Champ lexical de l’union
- Cette amitié fait penser à une élection divine.

III. Une amitiéindicible :

- Mélange des deux âmes pour n’en former plus qu’une, ceci est une métaphore des deux âmes ensemble, donc qui sont inséparables. « ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. »
- Uneamitié indicible à tel point que Montaigne rajoutera plus tard des notes dans la marge qui seront publiés en 1595.

5. Conclusion :

Montaigne décrit donc cette amitié qui lui parait si parfaite...
tracking img