Montaigne, Qu'on loge un philosophe dans une cage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1131 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
MONTAIGNE Essais II,12 « Qu’on loge un philosophe dans une cage »
Eléments de lecture analytique
Problématique possible : Comment le texte parvient-il à démontrer la vanité de l’homme ?
I/ UNE DEMONSTRATION PAR L’EXEMPLE ET PAR L’ABSURDE
1. Une argumentation inductive
4 exemples reliés à une expérience du vertige
Alternance exemple imaginaire/ exemple réel
2 ex imaginaires introduits parsubjonctif d’hypothèse « qu’on loge un philosophe » « qu’on jette une poutre », situés ds un lieu emblématique de hauteur matérielle et spirituelle : ND Paris
2 autres ex font appel à l’expérience commune (déambulation ds galeries ajourée qui entourent les églises) / expérience personnelle : Montaigne ds les Pyrénées
Expérience généralisée : JE / NOUS « cela nous allège et ns donne assurance »Voca précis : infos sur les conditions matérielles de l’expérience (matériau de la cage/ hauteur des remparts…)
Ttes ces situtaions expérimentales amènent à la ccl de l’ »évidente imposture de la vue ». CCL induite des cas concrets présentés au préalable.
2. Progression et renversement final
2 mouvements ds l’extrait : 1er s’achève avec « imposture de la vue »/ 2nd commence avec image deDémocrite désigné par allusion cf : périphrase ironique« ce beau philosophe »
Exemple de mutilation visuelle de Démocrite pousse la démonstration ds ses extrémités jusqu’à l’absurde
Pour ne plus subir l’influence de nos sens ; nous pouvons ns priver de nos sens !Ms ici, ce ne serait pas accéder à la vérité maos supprimer en ns l’être et la vie.
Par ce renversement final, Montaigne parvient endéfinitive à prouver l’autorité que nos sens ont sur nous !
3. Le raisonnement paradoxal
Progression paradoxale donc pour ce texte qui commence par démontrer la fragilité de l’illusion et l’illusion des sens pour ensuite insister sur leur influence ds le processus de la connaissance « car ils ont tous cette puissance de commander notre discours et notre âme »
Tt le passage est construit sur desparadoxes : cf : connecteurs logiques d’opposition « et si » 
Opposition sécurité du philosophe / peur
« encore que » : crainte / solidité des galeries
Eet si » encre que » : vertige de Montaigne/ fermeté coutumière / absence de danger
Conjonction « mais » opposition précipice jalonné d’un arbuste et d’une bosse / précipice qui n’offrirait aucun obstacle à une chute éventuelle
Anecdote deDémocrite = caricature du paradoxe de la vérité accessible aux seuls aveugles, lieu commun de l’Antiquité cf : progression ironique du raisonnement cf : « mais, à ce compte, aussi, enfin »
Goût de Montaigne pr le paradoxe cf : « Au lecteur »
II/ L’EXEMPLE DU VERTIGE : FRAGILITE DE L’HOMME
1. La raison trompée par la vue
Champ lex de la vue très abondant : 4 fois le mot « vue » + vbs « voir,regarder, remarquer » + « yeux »
Voca permet de développer tte une réflexion autour du vertige
Voca permet aussi jeu sur le sens physique et intello du vb « voir » (« il verra par raison évidente ») = phéno visuel + lumières de la raison, rendue impuissante par la perception de « cette hauteur extrême » + image de la chute
2 ex suivants soulignent paradoxe du vertige qui persiste bien que ns sachionstt danger absent
2. La vue trompée par l’imagination
Inversement, M montre comment l’imagination peut agir pr son propre compte et duper la raison
Fonction argumentative de l’exemple du précipice qui « offre au regard un arbre ou bosse de rocher »
Notre imagination s’empare de cette perception visuelle pr construire l’image illusoire et fantasmée d’une chute arrêtéepar ces obstacles
Illusiondénoncée par M cf : emploi du subjonctif à valeur d’irréel du pst « comme si c’était chose de quoi à la chute nous puissions recevoir secours »
Pouvoir de l’imagination souligné par termes intensifs + mise en relief « il y en a qui n’en peuvent pas seulement porter la pensée »
3. L’homme jouet de son imagination
Description des effets physiologiques du vertige
Champ lex de la peur, termes...
tracking img