Montaigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2547 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Droits de l'homme [modifier]
Article détaillé : Droits de l'Homme en Corée du Nord.
La Corée du Nord a signé plusieurs traités l'engageant à respecter les Droits de l'homme et plusieurs articles de sa Constitution défendent plusieurs libertés fondamentales. Mais en raison du manque d'informations disponibles, il est très difficile de vérifier leur respect.
Des gouvernements étrangers et desONG comme Amnesty International soupçonnent fortement la Corée du Nord de ne pas respecter certaines libertés fondamentales (comme la liberté d'expression, d'association, de religion ou encore de circulation) et « exhorte le gouvernement de Corée du Nord à prendre sans plus attendre des mesures en vue d'améliorer le respect des droits humains dans le pays » [11].
Le travail forcé serait trèsfréquent au sein « d'un grand nombre de camps de détention » [12]. Les premières photos satellites de ces camps ont été rendues publiques en 2002 [13]. En 2003 le nombre de travailleurs forcés est estimé entre 150 000 à 200 000 [14]. En 2009, des associations, qualifiant ces camps de camp de concentration, estiment le nombre de ces travailleurs à 300 000[15].
Amnesty International a exprimé sespréoccupations concernant la persécution religieuse en Corée du Nord[16]. Selon un classement publié par Portes Ouvertes, une organisation internationale qui soutient les chrétiens persécutés, la Corée du Nord est actuellement le pays où les chrétiens sont le plus persécutés dans le monde[17].
le non-respect des droits de l'homme en République populaire démocratique de Corée (RPDC) était un sujet surlequel les déclarations à Séoul du président Barack Obama étaient attendues. En Chine, l'hôte de la Maison Blanche a été peu mordant. Il ne l'a pas été davantage à Séoul dans le cas d'un pays certes moins puissant dont la situation a été qualifiée de "pire du monde" par Vitit Muntarbhorn, rapporteur auprès des Nations unies sur les droits de l'homme en RPDC.
Des organisations de défense des libertésciviles avaient exhorté M. Obama à la fermeté : "le problème nucléaire a trop longtemps éludé d'autres questions", estime Elaine Pearson, directrice adjointe pour l'Asie de Human Right Watch. Dans une lettre ouverte au président américain, Timothy Peter, directeur de Helping Hands Korea, rappelle que la Chine rapatrie de force les Nord-Coréens qui passent clandestinement la frontière. Ils seraientactuellement de 30 000 à 50 000. La plupart sont des migrants économiques qui passent temporairement en Chine en quête de travail et de nourriture. Ramenés en RPDC, ils risquent de lourdes peines de prison.
Les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent les détentions abusives (de familles entières), les traitements inhumains, les sévices et tortures dont sont victimes lesprisonniers. A Séoul, Yong Sang-hyun, député du parti gouvernemental, fait état de 154 000 prisonniers répartis en six camps de travail. Sous la pression internationale, précise-t-il, quatre sur les dix camps existant précédemment ont été fermés et le nombre des détenus, estimé à 200 000 à la fin des années 1990, a diminué. Mais la Croix-Rouge n'a toujours pas eu l'autorisation de s'y rendre. Lesprisonniers doivent travailler dix heures par jour. Les rations alimentaires sont minimales et les soins médicaux inexistants. Dans un rapport ("Repression and Punishment in North Korea") publié en octobre par East West Center à Honolulu, Marcus Noland et Stephan Haggard, qui ont interviewé plusieurs centaines de réfugiés en Chine et en Corée du Sud, estiment que la répression ne viserait plus seulementdes opposants, mais serait devenue un vaste système d'extorsion de la part des services de sécurité visant à obtenir des pots-de-vin. Une évolution qui a pour toile de fond, avancent les auteurs, les changements sociaux intervenus au cours de ces dernières années à la suite de l'apparition d'une économie parallèle fonctionnant selon l'offre et la demande.
"Conspiration"
Selon les autorités...
tracking img