Montaigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4676 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Alexandre Tarrête : Montaigne en son temps Contrairement à une image d'Épinal longtemps répandue, Montaigne ne s'est pas retiré hors de l'Histoire pour écrire ses Essais. Lorsqu'en 1570 il met fin à ses fonctions de juge au parlement de Bordeaux, il se consacre certes davantage à la littérature, mais il continue aussi à fréquenter les princes et il remplit à plusieurs reprises des missionsdiplomatiques importantes entre les chefs des partis catholique et protestant. Après la première édition de son livre, son engagement dans les affaires du temps est encore plus visible, puisqu'il est élu (en 1581) puis réélu (en 1583) à la mairie de Bordeaux. Il consacre tous ses efforts à œuvrer en faveur de la paix dans sa province. Même si les Essais ne sont pas des Mémoires, au sens traditionnel duterme, ils sont traversés par l'écho des événements politiques et militaires d'une époque troublée. Loin de limiter sa réflexion au domaine privé et à la recherche du bonheur individuel, Montaigne s'engage sans hésiter sur les grands problèmes politiques de son temps: la recrudescence de la violence à la faveur des guerres civiles, l'usage de la torture, le partage du religieux et du politique,l'écart entre la justice réelle et la justice idéale ou encore la légitimité de la conquête du Nouveau Monde. MONTAIGNE, ACTEUR POLITIQUE Montaigne n'écrit pas des mémoires, mais des essais, et partant ne met pas volontiers en avant sa participation aux grands événements politiques et militaires. Pourtant, à y regarder plus attentivement, on rencontre dans les Essais quantité d'allusions au contextedes guerres de Religion et aux engagements politiques de Montaigne. Il signale avec discrétion, ici ou là, les contacts personnels qu'il a entretenus avec le roi de France, le roi de Navarre et le duc de Guise (il mentionne ainsi sur le mode allusif « l'accès que fortune [lui] a donné aux chefs de divers partis », I, 170/106). Sans entrer dans le détail de son action, il consacre un chapitreentier (III - l0) à tirer le bilan des années passées à la mairie de Bordeaux. Les questions politiques que les Essais posent sur un plan théorique ne peuvent se comprendre que si on les éclaire par l'expérience concrète que Montaigne a acquise comme négociateur ou comme maire. Le père de Montaigne, maire de Bordeaux en 1554, avait joué un rôle de premier plan dans la région, et il bénéficiait déjà deréseaux politiques influents. Montaigne était par ailleurs lié à la puissante famille de Foix, qui appuya sa carrière politique (ce patronage est explicite dans le chapitre 1.26, « De l'institution des enfants », dédié à Diane de Foix). Après son départ du parlement de Bordeaux, qui doit s'interpréter comme un changement de carrière et non comme une retraite des affaires, Montaigne connaît unavancement rapide. En 1571, Gaston de Foix, marquis de Trans, lui remet au nom du roi l'ordre de Saint-Michel ; c'est sans doute aussi grâce à l'appui de ce personnage que, dans les années qui suivent, Montaigne joue un rôle central dans les négociations entre Henri de Navarre et le duc de Guise. Montaigne réussit le tour de force de gagner à la fois la faveur du roi de France (il est nommégentilhomme ordinaire de sa chambre en 1573) et celle du roi de Navarre (il obtient de lui le même titre en 1577). Ami de ces deux princes souvent en conflit d'intérêts, il se trouve idéalement placé pour servir à l'occasion d'intermédiaire ou d'ambassadeur, tout en préservant son indépendance. Cette position médiane le désigne en outre comme le mieux placé pour prétendre à la mairie de Bordeaux en 1581—une ville où l'influence du roi de France et celle du roi de Navarre pouvaient facilement se heurter. Il est probable que Montaigne aurait préféré un poste d'ambassadeur en Italie : ainsi s'expliquerait le voyage entrepris en 1581, qui lui permit d'entrer en contact avec les élites dirigeantes de la Péninsule.

Mais le roi décida que Montaigne lui était plus utile en Guyenne, et Montaigne dut...
tracking img