Montesquieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1414 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique du texte de Montesquieu, extrait de L’ESPRIT DES LOIS
« De l’esclavage des nègres »

Introduction :
Dans un extrait resté très célèbre de son ouvrage de philosophie politique De l’esprit des Lois, Montesquieu prend le parti de l’ironie pour dénoncer les thèses d’un esclavagiste. En 9 petits paragraphes successifs, il fait semblant d’accréditer ces thèses par une apparentelogique. Le lecteur attentif s’aperçoit vite que le but de Montesquieu est de ridiculiser chaque argument et, de ce fait, de condamner sans merci la pratique inhumaine de l’esclavage, largement instituée au XVIIIe siècle. Nous mettrons en valeur, dans cet extrait, l’apparente défense de l’esclavage, puis dans un deuxième axe, l’incohérence du raisonnement.

Premier axe : une apparente défense del’esclavage

Le texte se présente comme un plaidoyer de l’esclavage. Dès le premier paragraphe, le narrateur souligne ses intentions avec fermeté (« voici ce que je dirais » : on peut noter une certaine fierté dans l’utilisation du présentatif « voici » qui ouvre sa pensée). Il s’agit donc d’argumenter en faisant référence à des domaines d’activités et de réflexions divers et dans le but deconvaincre ou de persuader. Examinons ces arguments :
➢ L’argument 1 est un argument historique. Montesquieu fait allusion aux guerres de colonisation. La logique est soulignée par l’idée d’une nécessité impérative (« ont dû » = ils ne pouvaient faire autrement). La situation est présentée comme incontournable.
➢ L’argument 2 est un argument économique. L’avantage de l’esclavage est de garantirle prix du sucre le plus bas. Le système hypothétique (« si ») met en valeur un besoin : il faut maintenir l’esclavage pour continuer à garantir les prix bas.
➢ L’argument 3 est un argument esthétique. Le narrateur établi une relation logique de cause à effet par l’utilisation d’une concession (le nez si écrasé que). Le peu d’absence de réactions sensibles (presque impossible de les plaindre)permet de justifier le comportement qu’on peut avoir envers eux.
➢ L’argument 4 est un argument théologique. L’esclavagiste s’appuie sur l’argument précédent pour affirmer que les noirs ne peuvent avoir une âme. C’est un argument d’autorité, et cette autorité a pour nom « Dieu » (renforcé par la notion de « sagesse »). On sent même une indignation dans cette phrase = il serait inconcevable queDieu n’ait pas raison !
➢ L’argument 5 est un argument ethnologique. Nous notons le rapport de cause à effet qui a pour but de comparer les peuples entre eux. Si les Asiatiques traitent les Noirs de cette manière (en les réduisant à être des eunuques), pourquoi ne pas les traiter comme nous le faisons ? Le terme le plus fort de ce paragraphe est l’adjectif « naturel » : c’est dans la nature deshommes de discriminer.
➢ L’argument 6 est le 2e argument ethnologique. Même façon de procéder : comparaison des noirs avec les hommes roux. Les Egyptiens tuent bien les hommes roux, pourquoi ne pas mettre en esclavage les noirs ? C’est une logique d’association qui prend sa force dans un exemple historique.[1]
➢ L’argument 7 est un argument sociologique (étude du comportement et mise en reliefd’un comportement considéré comme aberrant : la fascination pour la verroterie). L’esclavagiste tient ce fait pour une « preuve » c’est-à-dire que nous sommes dans l’ordre de la vérité.
➢ L’argument 8 est un 2e argument théologique. Il affirme qu’on a le droit de traiter ces gens ainsi car ils ne sont pas des hommes. Nous, les occidentaux, nous sommes chrétiens, or les chrétiens ne font pas de malà leur prochain, donc il ne sont pas des hommes. On démontrera, dans le deuxième axe que ce raisonnement frappant mais tortueux est un syllogisme.
➢ L’argument 9 est un argument politique. Montesquieu s’appuie sur le manque de réactions des Princes qui gouvernent l’Europe. L’affaire de l’esclavage n’est donc pas importante.

On peut donc penser, à première vue, que le raisonnement...
tracking img