Motivation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1696 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
GESTION DE CONFLITS

1. Introduction

 Ai-je en tête un souvenir précis d’un conflit récent
ou lointain ?
 Quelle était la cause de ce conflit ?
 A-t-il été résolu ? Comment ?
 Si non, que s’est-il passé ?
 Comment me suis-je senti(e) durant ce conflit ?

Lorsque nous pensons au mot « conflit », souvent nous songeons à des conflits de grande envergure,généralement violents, qui nous dépassent et que nous ne comprenons pas (par exemple un conflit international débouchant sur une guerre entre plusieurs pays).

Or, dès notre plus jeune âge, nous sommes confrontés à des conflits qui nous touchent dans notre vie quotidienne. L’enfant de trois ans, qui dans le bac à sable s’empare de la pelle de son petit voisin et refuse de la lui rendre crée un conflit.A l’école, quand des « clans » se créent dans une classe, le risque est grand que surgisse un conflit entre ceux-ci.

A la maison, quand les parents, pour une raison ou une autre interdisent à leur enfant de sortir en boîte, d’aller au cinéma ou de fréquenter tel ou tel copain, l’adolescent pourra s’estimer « victime et incompris » et se sentir en conflit avec ses parents.

Quand destravailleurs revendiquent une augmentation de salaire et n’obtiennent pas gain de cause, il n’est pas rare qu’un conflit éclate avec leur patron.

Les conflits et les disputes font partie de la vie de tous les jours. Ils sont inévitables. Ils expriment diverses choses :

 un désaccord profond,
 un mécontentement,
 une frustration,
 une angoisse,
 une réaction face à une situationvécue comme étant injuste, etc.

Souvent, on s’imagine que celui qui déclenche un conflit est animé d’attitudes belliqueuses, qu’il est le « mauvais ». On oublie que beaucoup de conflits sont des signes de peur et d’incertitude. Celui qui provoque un conflit, derrière une attitude pouvant paraître « guerrière », cache souvent une certaine fragilité.

Le conflit est lié au mal-être. Il peutreposer sur quelque chose de bien identifié

- (exemple, je suis en conflit avec mon voisin de palier qui me dérange parce qu’il fait
trop de bruit)


ou quelque chose de plus flou, pas toujours identifiable (je me sens en conflit avec telle personne mais je ne peux exprimer pourquoi…). Très souvent, le conflit part de quelque chose

qui n’a pas été pris en considérationà temps,
ou qui n’a tout simplement pas été exprimé…


Les gens n’identifient pas formellement la source de malaise, rien n’est formulé, les sources de mésentente s’accumulent, puis surgit le conflit.

2. L’image du conflit

Qu’avons-nous comme image du conflit ?

La plupart du temps, nous en avons une image négative. Nous voyons le conflit comme une source d’ennuis, quelquechose qui va nous freiner, nous gâcher la vie, nous bousculer. Nous en avons peur, ressentons l’envie de le fuir ou de faire comme s’il n’existait pas.

Pourquoi en avons-nous une mauvaise image?

De mauvaises expériences passées peuvent nous influencer. Nous n’avons pas envie de revivre une situation pénible, alors, quand nous sentons qu’un nouveau conflit arrive, nous faisons semblant de rienpour tenter de le nier et l’éviter…

Nous pouvons aussi avoir été témoins de conflits parmi nos proches,
l’expérience va influencer notre manière de considérer tous les conflits…

La plupart des gens véhiculent l’image «perdant- gagnant». Pour eux, dans un conflit, il y a:
- une partie qui s’imposera à l’autre, dominera la situation, voire sera « écrasante » et
sortiragagnante
- tandis que l’autre sera défaite.


L’idée de nous retrouver un jour « aplati » nous fait très peur. Pour éviter cela, nous fuyons ou devenons agressif. Le conflit s’amplifie et ne se résout pas.
Il est important de rappeler que le conflit est une situation « normale », qui n’est pas forcément négative.

Au contraire, le conflit peut nous permettre d’avancer, de mieux...
tracking img