Mq- truc pourri

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2460 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Université Charles de Gaulle – Lille 3 |
Le militantisme au sein de «Croque la vie»
|
Méthodes Qualitatives |

ENGLOO Aurélie & BLANCHART Octavie
11/04/2011
|

Sommaire

1er Partie : Etude des théories et recherches empiriques : Être Militant c’est quoi ?

A. Mis en place d’une définition généraliste des termes
1) Le militantisme
2) Militant

B.Présentation des termes spécifiques trouvés lors des recherches empiriques
3) Le militantisme selon Annie COLLOVAD
4) Le militantisme selon Jacques ION

C. Détermination de la question de départ et présentation des réponses trouvés dans les textes
5) Problématique général
6) Comment les auteurs ont répondu à cette question ?

D. Caractérisation dela problématique générale par rapport à notre terrain
7) Définition de la problématique en fonction de notre terrain
8) Hypothèses pouvant être la réponse à cette problématique

2nd Partie : La mise en pratique de la théorie sur le terrain

A. La recherche d’un terrain d’enquête ou embuche et compagnies
1) La prise de contact
2) « Croque la vie »B. En quoi «  Croque la vie » répond aux objectifs de l’enquête ?
3) Mis en place du terrain et de l’enquête
4) Nous sommes actuellement indisponibles…

C. Pourquoi si ? Pourquoi ça ? Pourquoi eux ?

3éme Partie : Non je ne suis pas militant, je suis là pour aider les enfants
A. Des bénévoles provenant de la même souche ?

B. Introspection des raisons de l’engagementdes bénévoles de Croque la vie.
1) L’engagement à «  Croque la vie » une continuation de la vie professionnel des enquêtés ?

2) Un engagement qui permet une construction identitaire ?

3) La transmission de valeurs au travers de cet engagement ?

4) En définitive être bénévole à « Croque la vie » c’est quoi ? (conclusion)

Bibliographie
Annexes

1er Partie : Etude desthéories et recherches empiriques : Être Militant c’est quoi ?

A. Mis en place d’une définition généraliste des termes
1) Le militantisme

Le militantisme est une activité sociale consistant à s’engager ou à faire engager des individus pour défendre ou promouvoir des causes dans le cadre plus ou moins institutionnalisé : partis politiques, syndicats, association, liste dediffusion… Les études sur le militantisme portent sur les raisons de l’engagement, les trajectoires militantes, la construction de carrières militantes et de désengagement de cette activité. Le militantisme participe à la socialisation des individus engagés soit par la transmission d’une idéologie particulière, permettant par exemple de bien tenir son rôle de militant ou de représenter l’organisation,soit par l’intégration des militants dans un réseau particulier de sociabilité.

2) Militant
Un militant est une personne qui se bat pour défendre ses convictions ou une cause, pour cela il peut adhérer à un parti politique, un syndicat ou à une association. Afin de faire entendre son opinion, le militant peut utiliser divers moyens tels que le boycotte dans le cas d’une associationdéfendant les droits des consommateurs. Les militants adhérents à un parti politique ou à un syndicat eux utilisent d’autres moyens pour faire entendre leurs revendications, en effet la plupart des manifestations, sit-in ou rassemblements sont organisés par ce type d’organisme militant. Notons que chacun des moyens utilisés reste pacifique.

B. Présentation des termes spécifiques trouvés lorsdes recherches empiriques
3) Le militantisme selon Annie COLLOVAD
D’après Annie COLLOVAD, le militantisme, pur et dur n’est pas tout à fait mort, il s’est juste professionnalisé. Elle parle donc de carrière militante ou encore de trajectoire militante. La carrière militante rend compte du parcourt biographique d’un individu au sein d’organisation militantes (syndicales, politiques,...
tracking img