Musiq

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (255 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Extrait:

Au XXème siècle, Arnold Schoenberg élabore une doctrine, dans laquelle le compositeur se donne le droit de forger son propre langage. Composerde la musique, est-ce pas se soumettre à une ensemble de règles qui par là même crée un langage musical avec son vocabulaire, sa syntaxe, sa grammaire et sarhétorique. Est-il possible de faire de la musique qu'avec la volonté de l'imagination sans qu'aucun fondement ou d'ordre (naturel ou artificiel) vienne endéterminer les relations internes ? Non il est difficile de le concevoir même si l'on a expérimenter au XXème siècle toutes sortes de nouvellestechnologies et d'instrumentations, on a dans la majeure partie des cas respecter les fondements même d'un système musical que depuis le XVIème siècle notrecivilisation occidentale à élaboré.
C'est ce qui distingue la civilisation occidentale d'autres cultures extra-européennes comme l'Afrique, l'Océanie ou l'ExtrêmeOrient, est qu'elle est la seule à avoir conçu l'art musical d'une façon évolutive par innovations successives et scientifiquement élaborée. Partant d'unpoint de vue monodique horizontal et modal, nous sommes arrivés à une dimension plus verticale des éléments sonores, qui conçoit les sons comme une harmonied'éléments logiquement superposés;

L'ancienne hiérarchie modale des degrés autour d'une finale mélodique devait progressivement disparaître pour faire à unenouvelle hiérarchie, celle des degrés harmoniques. C'est ce que l'on enseigne encore dans les écoles de musique ; le langage de la tonalité harmonique (...)
tracking img