Musset

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (755 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ALFRED DE MUSSET : ON NE BADINE PAS AVEC L'AMOUR : ACTE III SCENE 8 : DENOUEMENT

Introduction : Il s'agit d'une comédie proverbe en trois actes. Cette scène est le dénouement de l'histoire.Camille et Perdican sont destinés l'un à l'autre par leurs parents. Mais par l'orgueil, Camille ne cesse de repousser Perdican. De dépit, celui-ci séduit une jeune paysanne Rosette, sœur de lait de Camille,à laquelle il promet le mariage. Camille cherche alors à reconquérir Perdican. A la fin de la pièce, les amoureux se retrouvent dans un oratoire. Ici c'est le conflit d'orgueil (amour-propre) quisépare les deux amants. Ce dispositif n'est pas motivé sinon par la curiosité du personnage. Musset ne s'intéresse pas à la vraisemblance mais plutôt à l'effet produit, à son intensité.

AXE : Un textequi vise à émouvoir le spectateur A. La composition du texte.
1ère partie : la déclaration d'amour. Reconnaissance réciproque, disparition de l'obstacle, résolution : les deux amants sont unis. 2èmepartie : séparation des deux amants. = retournement de situation dû au fait que dans une même scène, on a une ébauche de dénouement heureux et dans un second temps, de sa destruction. Duo, dialogue,choral Didascalies = rapprochement physique. Emploi du pronom "nous". Champ lexical du bonheur. Reprise en écho "nous, nous aimons". Discours métaphorique = bijoux = préciosité de l'amour. = lié audivin : "céleste, ce dieu...". La séparation est aussi montrée par : - Des didascalies : "chacun de son côté", "adieu". - Les pronoms "je", "elle", "tu". - Le champ lexical de la mort : "sang, cruel,froid, mortel, meurtrier, la
En partenariat avec www.bacfrancais.com

mort, faute, morte". - Le refus de Perdican d'aller voir Rosette avec Camille : "non". Il n'y a plus de métaphore du bonheurrêvé, c'est la réalité de la mort. = La mort sépare les deux amants au moment même où ils sont parvenus à surmonter leur amour propre.

B. Moment culminant du texte pathétique.
Le spectateur est...
tracking img