Mythe amoureux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4399 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les mythes amoureux

2) L'amour inconditionnel

Par Jean Garneau , psychologue

Cet article est tiré du magazine électronique
" La lettre du psy"
Volume 4, No 7: Août 2000


| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde | Autres articles |

Résumé de l'article

Cet article est le deuxième d'une série intitulée "Les mythes amoureux". Il peut être lu séparément, mais il estplus facile de bien en comprendre toute la portée si on connaît le précédent (1- Le grand amour).

Dans ce deuxième article de la série sur les mythes qui nuisent à nos relations amoureuses, Jean Garneau traite de l'amour inconditionnel qui sert d'idéal à bien des conjoints déçus. Mis en vedette par les vulgarisateurs inspirés des travaux de Carl Rogers dans les années 60, ce mirage tenacecontinue de nuire à l'établissement de relations authentiques favorables à l'épanouissement des partenaires et du couple.

Pourquoi l'amour inconditionnel est-il voué à être faux ou aliénant non seulement pour l'aimant mais également pour l'aimé? Comment cette méthode conçue pour favoriser l'épanouissement personnel peut-elle devenir aussi nuisible? Par quoi remplacer cette norme impossible àatteindre? Voilà quelques-unes des questions auxquelles s'attaque cet article.

Table des matières
Introduction
A- Le mythe de l'amour inconditionnel
B- D'où ça vient ?
C- Les conséquences
D- L'amour-contact
E- Conclusion

Vous pouvez aussi voir:
Vos questions liées à cet article et nos réponses !





Introduction

Combien de fois j'ai entendu des clientes soupirer endisant: "Si mon mari me comprenait aussi bien que toi, notre couple irait bien mieux!" La plupart des psychothérapeutes ont l'habitude d'entendre de telles plaintes. Ils ont même souvent entendu les paroles équivalentes chez leur propre conjoint!

Aux yeux de bien des personnes, les attitudes thérapeutiques de "compréhension empathique" et "d'acceptation inconditionnelle" correspondent auxingrédients essentiels de la relation idéale et à la meilleure preuve d'amour. On veut les appliquer aux relations parents-enfants et aux relations amoureuses. On tente en plus de les adapter à la relation entre l'éducateur et l'élève, voire aux relations patron-employé. On a même proposé, dans les années 60, d'appliquer ces principes aux relations internationales (sans grand succès, il faut bien leconstater).

J'ai l'intention d'expliquer ici pourquoi cet idéal est un mythe qui nuit gravement à la qualité des relations en général et à celle des relations amoureuses plus particulièrement. Je tenterai de faire voir comment et pourquoi cette norme, malgré les bonnes intentions qui la sous-tendent, conduit directement à des relations fausses et aliénantes pour toutes les personnesimpliquées. Je proposerai enfin des balises plus saines dont ou pourrait s'inspirer pour sortir des impasses auxquelles conduit ce mythe particulièrement pernicieux, les ingrédients de ce que j'appelle l'amour-contact.

A- Le mythe de l'amour inconditionnel

Dans le premier article de cette série, nous avons examiné le mythe très populaire du "grand amour". Celui de l'amour inconditionnel en est enquelque sorte le complément. Il lui ressemble par son caractère irréaliste et absolu, par son manque de nuances. Mais il s'en distingue par la façon dont on attend la satisfaction.

Dans le grand amour, on voit l'autre comme un être tout-puissant qui peut facilement nous rendre totalement heureux. Mais dans l'amour inconditionnel, ce sont nos attentes que nous réduisons à l'extrême, au point deles faire disparaître. Voici l'exemple d'un couple qui appliquerait cette méthode.

1. L'idéal de générosité

Tout le monde le dit: Paul est "un vrai bon gars". Il est toujours prêt à rendre service ou à encourager ceux qui en ont besoin. Il suffit d' être "mal pris" pour trouver chez lui une oreille attentive et une épaule accueillante. Et il ne manque pas de personnes dans son entourage...
tracking img