Mythe et politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2102 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
QUELLE PLACE POUR LE MYTHE EN POLITIQUE ?

INTRODUCTION

Le mythe est un récit imaginaire, d’origine populaire ou littéraire, qui met en scène des personnages surhumains ou divins dont les évènements fabuleux ou légendaires peuvent retracer l’histoire d’une communauté, symboliser des aspects de la condition humaine ou encore traduire les croyances, les aspirations ou les angoisses de lacollectivité pour laquelle ce mythe a un sens. Concrètement il s’agit donc d’un récit qui se veut explicatif et fondateur d’une pratique sociale par la présence d’une morale implicite. La politique (du grec polis, la cité) est la science, l'art ou la manière de gouverner un Etat ou une société humaine, et d'y organiser le pouvoir. C'est aussi l'ensemble des affaires publiques d'un Etat et des actionsmises en œuvre par les partis dans le but d'accéder ou de participer au pouvoir. La politique est donc considérée comme l’étude de la cause publique reposant sur une réalité historique et sociale, qui est par définition opposé au mythe qui fait partie de l’imaginaire. Mais peut-on complètement les dissocier ? La politique ne s’appuie-t-elle pas parfois sur des mythes ?

I° Sens commun : le mythene trouve pas sa place en politique

 Dans un sens mélioratif, le mythe est un récit légendaire transmis par la tradition et qui à travers les exploits d’êtres fabuleux, fournit une tentative d’explications des phénomènes naturels et humains comme la naissance du monde, de l’homme, des institutions. La fonction est à la fois symbolique et explicative afin qu’une nation ou une sociétéreconnaisse ses valeurs fondamentales, ses questionnement ou identifie les grands moments de son histoire. Cependant ces personnages ou la retranscription de ces faits sont déformés voire amplifiés par le temps, souvent nourris l’imagination collective. Et cela constitue un premier critère d’avilissement du mythe en politique. Dans un sens péjoratif, un mythe est une construction de l’esprit qui ne reposesur rien de réel ou encore une vision déformée de la réalité. Pour les anthropologues et les historiens, le mythe doit être considéré comme un récit qui se réfère uniquement au passé mais qui conserve dans le présent une valeur éminente explicative dans la mesure où il éclaire et justifie certaines péripéties du destin de l’homme ou certaines formes d’organisations sociales.

 Avec le tempson voit que la politique tend à de plus en plus se rationnaliser et qu’elle ne peut donc pas reposer sur des croyances de transcendances divines ou péripéties légendaires.

• Grèce antique : la politique est une science qui cherche à imaginer le régime idéal.
• Moyen Age : la politique est réservée aux princes de haut rang et est constituée de leurs intérêts particuliers.
• Machiavel(1469-1527) : comment accroître l'influence et le pouvoir des clans en place.
• XVIIe siècle : dans les Etats modernes, la politique du "prince" se fait théoriquement dans l'intérêt du pays.
• XVIIIe siècle : le monarque perd le monopole de l'autorité, tandis que la politique se généralise à l'ensemble des affaires publiques.
• La Révolution française : l'action politique s'accomplit au nom de la nation.• XIX siècle : introduction des partis politiques, fin du droit héréditaire et démocratisation des institutions.

 La mythologie a pour souci de rendre intelligible le réel mais de façon tellement imagée qu’elle tend parfois à perdre sa crédibilité quand il s’agit de la confronter à la raison. La raison va permettre d’appuyer le droit naturel qui sera à l’origine de la construction politiqued’un état. En effet le droit naturel ou idéal dépend de la nature même de l’homme, de sa conscience morale. Le droit naturel peut s’opposer aux lois établies par la société et qui forment le droit positif. Il faut donc savoir interpréter le mythe avant de lui laisser une place auprès de la politique.
EXEMPLE : Aristote veut dire que la vérité mythique ne cherche pas à se fonder en se soumettant...
tracking img