Mythes et symboliques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 48 (11909 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mythes et symboliques : Les amours

Dans la mythologie grecque il y a deux figures de l’amour. Il y a plusieurs façon d’aimer même si l’effet de cet amour est toujours le même.
Chaque personne a la possibilité d’avoir un comportement par rapport à la sexualité qui lui est propre. On ne parle plus de sexe mais de genre. « Gente studies » = études de genre = étude d’une sexualité spécifique.Il y a la naissance, la mort et la sexualité : tout dépend de ces trois concepts de notre vie. Les mythes nous parlent surtout de ces trois réalités. Il y a une gamme de couleur infinie.
Les amours nous occupent pendant une bonne partie de notre existence totalement ou partiellement. Notre vie est façonnée par rapport à notre attitude face aux amours. C’est cette attitude qui fait d’un homme oud’une femme quelqu’un d’heureux ou de malheureux.
Avant les récits transmis par les poètes les seuls documents qui peuvent nous informer sur ces croyances sont des vestiges plastiques ou des découvertes idéologiques des sites. On sait que les premières sociétés vénéraient leurs divinités dans des lieux, des grottes. On ne bougeait pas beaucoup on restait où on était. C’était des sociétéssédentaires.
Les femmes étaient dessinées tout en rondeur les seins, les jambes, les cheveux… les premières sociétés étaient patriarcales et qu’on adorait les divinités féminines. On adorait la femme comme étant quelqu’un de très proche de la Terre.
Avant aucune notion de la reproduction juste le corps de la femme étaient magique. Les sociétés donc étaient matriarcales = les femmes décidaient, lessociétés étaient sédentaires et ne faisaient pas la guerre car les femmes n’était pas de nature à faire la guerre. Rien ne bougeait les hommes allaient à la chasse : monde qui vivait le moment présent.
A partir du moment où l’homme prend conscience qu’il y a ait pour quelque chose dans la naissance alors tout va changer. On passe dans l’imaginaire. L’homme prend la place sociale de la femme. On passedans une vision esthétique du monde. Le regard va passer de la terre vers le ciel. On prie les dieux vers le ciel et non plus vers la terre. On sort des grottes pour aller sur le mont Olympe. Le serpent devient un animal mauvais alors qu’avant il était le symbole de la femme car le plus près de la terre.

Coupure et continuité avec notre culture :
La religion est une guerre des sexes. Parexemple chez les musulmans soumissions de la femme. Les mythes donc dangereux car ils fascinent et ces fascinations peuvent être dangereuses.
Les femmes à Lourdes se prosternent : on est en contact direct avec la Terre.
On passe d’un système multiple à un système unique = paganisme. La continuité de la multiplicité des dieux se fait de nos jours avec les saints.
Il y a tout de même une coupurecertaine :
* Dans l’antiquité grecque le dieu de l’amour s’appelle Eros. Il a des ailes et selon la légende il lance des flèches aux gens dont ils pensent qu’ils doivent tomber amoureux l’un de l’autre. Les unes à pointes dorées, les autres à pointes noires. Selon la personne visée soit elle tombe amoureuse de l’autre soit elle prend peur de l’autre. Eros, enfant ou adolescent, est l’amour telque l’on se l’imagine en Grèce ancienne. C’est lui qui crée le désir entre les amants. Eros = désire : à l’origine c’était un mot commun.

* En revanche chez les chrétiens l’amour s’appelle Agapè : il n’est pas représenté en tant que personnage c’est un concept. Elle est féminine. C’est un mot grec qui est rare dans les textes grecs. C’est l’amour sans désir, complètement désintéressé quele latin a traduit en français par charité. Néanmoins il y a l’offre de soi : on s’offre entièrement à l’autre et on attend. Il faut qu’il y ait une compensation.
Agape = repas. Avant les chrétiens faisaient de grand repas et partageaient le repas. Aspect participatif, charnel de l’agapè qui est la consommation de nourriture. Quand on boit du vin bénit c’est le sang du Christ et le pain est...
tracking img