Mythologie grecque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1574 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Medee par sophocle
oici les enjeux de l'histoire, dits par La Nourrice en tout début de pièce :
Citation:
LA NOURRICE : Plût aux dieux que le navire Argo n'eût pas volé par-delà les Symplégades bleu sombre vers la terre de Colchide, que dans les vallons du Pélion le pin ne fût jamais tombé sous la hache et n'eût armé de rames les mains des héros valeureux qui allèrent chercher pour Pélias laToison toute d'or! Ma maîtresse Médée n'eût pas fait voile vers les tours du pays d'Iôlcos, le cœur blessé d'amour pour Jason. Elle n'eût pas persuadé aux filles de Pélias d'assassiner leur père et n'habiterait pas ici en cette terre de Corinthe avec son mari et ses enfants. Elle plaisait d'abord aux citoyens du pays où elle s'était réfugiée et elle vivait dans une entente parfaite avec Jason; orc'est bien là que se trouve la meilleure des sauvegardes, quand la femme n'est jamais en désaccord avec son mari. Maintenant tout lui est hostile; elle est atteinte dans ses affections les plus chères : Jason trahit ses enfants et ma maîtresse et entre dans une couche royale; il épouse la fille de Créon, qui règne sur le pays. Médée, l'infortunée! outragée, à grands cris atteste les serments, enappelle à l'union des mains, le plus fort des gages; elle prend les dieux à témoin de la reconnaissance qu'elle reçoit de Jason. Affaissée, sans nourriture, elle abandonne son corps à ses douleurs; elle consume ses jours entiers dans les larmes depuis qu'elle connaît la perfidie de son mari; elle ne lève plus les yeux ni ne détache du sol son regard; elle semble un roc ou le flot de la mer quandelle écoute les consolations de ses amis. Parfois cependant elle détourne son cou éclatant de blancheur, et, en elle-même, elle pleure son père aimé, sa patrie, son palais, qu'elle a trahis et quittés pour suivre l'homme qui la tient aujourd'hui en mépris. Elle sait, la malheureuse, par son propre malheur, ce qu'on gagne à ne pas quitter le sol natal. Elle abhorre ses fils; leur vue ne la réjouitplus. Je crains qu'elle ne médite quelque coup inattendu : c'est une âme violente; elle ne supportera pas l'outrage; je la connais et j'ai peur qu'elle n'entre sans rien dire dans l'appartement où est dressé son lit et ne se plonge un poignard aiguisé à travers le foie, ou encore qu'elle ne tue la princesse et son mari et qu'ensuite elle ne s'attire ainsi une plus grande infortune. Elle est terrible!Non certes, il ne sera pas facile, à qui aura encouru sa haine, de remporter la couronne de victoire. — Mais voici les enfants qui reviennent de s'exercer à la course; ils ne pensent pas aux malheurs de leur mère : une âme jeune n'a point coutume de souffrir.

Médée est folle de colère, de jalousie, déborde d'une soif de vengeance qui va l'emporter jusqu'au meurtre de sa rivale et àl'infanticide pour se venger de son mari. Elle est dans la démesure, la destruction mais aussi l'auto-destruction. Et pourtant dans ce monstre, on se surprend à la pitié car son époux l'a en effet traitée de manière injuste.
Tout au long de la pièce, la tension va monter, car comme le dit le coryphée:
Citation:
LA CORYPHÉE : Terrible et difficile à guérir est généralement la colère quand ce sont desêtres chers que met aux prises la discorde.

Médée refuse tout compromis. Sa violence se déchaîne et rien ne peut l’arrêter. Même l'amour pour ses enfants n'est pas suffisant pour les laisser vivre. Elle doute, hésite, mais finalement commet l'irréparable

La Medee de corneille :

Médée incarne depuis l’Antiquité l’effet dévastateur de la passion de vengeance. La première tragédie de Corneille,créée en 1635 est encore fortement marquée par le goût baroque de l’excès. Par ailleurs, et cela n’est pas pour surprendre, le jeune auteur, bon latiniste, se tourne vers la mythologie, emprunte aux Anciens, non sans se mettre à l’école de ses prédecesseurs modernes. Toute la tragédie est centrée sur la vengeance, l’influence grandissante de cette terrible passion dans l’âme de Médée, ses...
tracking img