Na de chines

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1355 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Na de Chine, une société sans père ni mari, Cai Hua

LE CONTEXTE

1. Présentation générale pp 27-40

Les Na constituent une société stratifiée, matrilinéaire qui adopte un régime agraire. Ils entretiennent des relations sexuelles libres et parlent la langue des Naxi. Il n’existe pas d’équivalent du mot « père » dans celle-ci.

Cette population d’agriculteurs vivant dans lesmontagnes accorde une grande importance aux liens familiaux. Elle pratique l’incinération de ses morts. Le spirituel prime alors sur le matériel chez les Na.

Géographiquement, les Na habitent les régions du Yunnan et du Sichuan. Leur population se divise en groupes de Naxi, de Nahin, de Na, et de NaRu. Chaque tribu tente d’affirmer son identité.

Ces régions dont la faune et la flore sont trèsriches, permettent une activité économique agricole. (Riz, blé, fruits) On note que le porc est considéré comme un animal à la viande de qualité. Il fait également office d’offrande pour les morts et constitue un symbole de richesse. Les Na cultivent le lin avec lequel ils tissent leurs vêtements. Enfin, le troc est une pratique commerciale courante.

Les Na ont longtemps été mal jugés par leshistoriens et les sociologues qui ne se sont pas donnés la peine d’apprendre la langue des Na et de comprendre les lois Na qui régissent la parenté. En effet, on ne trouve pas de mots équivalents en français et en anglais de leur représentation des acteurs de la parenté.

Il est intéressant de se pencher sur les pratiques sexuelles des Na qui se caractérisent par 4 modalités spécifiques, la diversitédes partenaires rencontrés par les femmes, et par la prohibition de l’inceste qui s’avère cependant « symbolique » pour des raisons évidentes. (Taux important de consanguinité et de MST)

2. Stratification sociale pp 40-51

La société Na se divise en 3 strates : Sipi > Dzeka et We.

• Sipi : « Chef » Strate descendante de la famille du « zhifu » qui a de nombreux privilègesau niveau des vêtements et des matériaux de construction pour leur maison. Elle constitue l’aristocratie. Se basant sur le modèle virilocal, masculin-linéaire, les enfants d’un homme sipi seront toujours sipi quelque soit le statut de leur mère. « Ong » = os pour la transmission de la strate.

• Dzéka : « Peuple », roturiers ( Don et contre don pp 42 Cadeau de Nouvel An

• We :« Domestiques » ( Don et contre don pp 43 Echanges des « serfs » Cette strate est composée des Na, anciens criminels sortis de prison et de ceux qui ont perdu leurs moyens de subsistance.

Il existe 4 règles de transmission statutaire :

1. « paternelle »

2. « maternelle »

3. « masculin-linéaire »

4. « féminin-linéaire »

5.

3. Régime politique jusqu’en 1956 pp51-64

Chez les Na, la rébellion est considérée comme un rite culturel important ( pp 61 (bas)-62 Par cette coutume, la société Na est fort organisée.

4. Régime foncier jusqu’en 1956 pp 64-78

( Don et contre don pp 66-67 « gage vivant » « gage mort » = vente (rare) « fermage » = métayage

( pp 74 Rituel de puberté, mariage, mort Famille de zhifu: ( porc

5. Religionspp 78-86

Il y a deux pratiques importantes chez les Na, la leur : prêtres « Daba » et celle du bouddhisme tibétain. pp 79 détail des pratiques Ces premiers transmettent les rites de manière orale, par des récits car ils ne maitrisent pas l’écriture. Leurs connaissances peuvent s’échanger avec les neveux utérins. Des années 50’ à 80’, la religion a été interdite par le régime chinois, laculture daba a donc quelque peu été perdue. « La religion traditionnelle traite le mort en tant que membre du groupe social, alors que le bouddhisme le traite en individu. »

(pp 82 Superstition des Lama qui doivent rencontrer une femme avant leur départ pour les études. Par la suite, leur vœu de chasteté n’est pas respecté !

L’organisation bouddhiste est très structurée et...
tracking img