Na7su

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1395 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Salut.

Ça concerne une fille, eh ouais fallait s'y attendre. Je suis en dépression, à cause d'elle. Je suis fou amoureux d'elle, et j'arrive pas à me remettre sur les rails, et le problème c'est que je l'ai rencontrée sur la toile, et elle habite loin donc vous pouvez comprendre ma connerie et ma tristesse là, mais c'est pas tout.

Ça remonte à peu près à 10 mois, mes potes se sont cassés envacances donc moi j'étais seul, puis j'ai rencontré cette fille, que je connaissais déjà un peu avant en fait, et puis j'ai commencé à passer du temps avec elle, beaucoup de temps. Mes amis sont revenus,ah oui j'ai oublié de préciser, je sais pas pourquoi mais avant de partir ils m'ont dit "Va pas vers elle", j'avais pas compris pourquoi. Donc ils sont revenus et au lieu de les rejoindre, bahj'suis resté avec cette fille.

Parce qu'au final je m'étais attaché à elle, beaucoup trop. Ah y'a aussi un truc fun, j'étais sous un fake, je faisais croire que j'étais une fille, donc c'est encore moins facile.
Je parlais avec elle, je déconnais, on déliraient genre t'es ma bestah et tout, puis à un moment j'me suis rendu compte qu'elle aimait un autre gars, j'ai commencé à m'sentir triste, àfaire des conneries, faire le lourd, en même temps on passait plus de temps ensemble, ça me frustrait, moi qui voulait passer mes journées avec elle.

J'ai donc compris qu'elle était amoureuse de ce type, qui d'ailleurs me faisait réellement chier, mais à un point. À un moment je décida donc de lui révéler mon identité, que j'étais un mec et que j'étais fou d'elle, bien sûr ça ne marcha pas, ellem'ignora et partit avec son mec.

Pendant deux mois j'étais tombé en dépression, sans elle, j'arrivais plus à rien, c'est à peine si j'arrivais à sourire, à peine si j'arrivais à rigoler, pourtant je rigolais facilement avec mes potes, mais là c'était plus le cas, j'étais quasi mort, plus rien ne me faisait envie.

Ces deux mois passés, j'appris par mon pote qu'elle avait lâché son mec, etqu'elle voulait me revoir, j'vous raconte pas ma joie à ce moment là, c'était indescriptible, oui parce que j'étais encore amoureux d'elle, pourtant je ne pensais plus qu'elle allait revenir, je me disais que c'était terminé, que je devais tourner la page, que jamais elle reviendrait, et bah j'avais tord, j'étais vraiment surpris, agréablement surpris dans ce cas, qu'elle veuille me revoir.

Unesemaine de bonheur, en tout cas pour moi, pour elle je sais pas, j'ai jamais sû et j'le saurais sans doutes jamais. On commençaient à délirer comme avant, on racontaient nos vies, tout ça. Et j'expliquais mon fake, qui j'étais vraiment.. En fait ça ne dura que 6 jours, jusqu'au moment où le mec voulu m'parler, et me demanda si il pouvait repartir sur de bonnes bases amicale avec elle, bien sûr moij'étais naïf et clément, donc je lui dit pourquoi pas.

Le soir même, j'appris qu'ils s'étaient remis ensemble, je vous laisse imaginer ma chute, ma tristesse. Je demandais à cette fille par sms si c'était vrai, elle me répondit pas, je lui dit que ça m'énervait, et qui donc est venu me dire "bouuh le pauvre, ça l'énerve" en conversation ? Son mec, j'me suis sentit trahit, mais d'une force. Brefle lendemain je demandais des explications à la fille, elle me disait que le mec l'avait émue et tout ça.

Le mec, bien sûr ne voulait pas qu'elle me parle, la fille, elle, lui avait dit oui à une condition, si elle pouvait quand même me parler, quand j'ai appris ça, ça m'a fait un peu sourire, j'vous l'accorde, mais bon, c'est ce que je pensais, mais la vraie phrase était "mes amis", donc bon.Le lendemain on discutait et tout, le mec faisait une crise parce qu'elle me parlait, donc elle décida d'un truc avec moi, se parler en cachette, vous voyez l'genre, puis à la fin j'étais sur le cul, elle avoua qu'elle commençait à m'aimer.

Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai continué à lui parler, mais j'aurais dû arrêter le soir où elle s'est remise avec, pour moi, pour mon bien, j'en...
tracking img