Nadja

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1778 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire : Extrait tiré de Nadja, d'André Breton en 1928
Le surréalisme, mouvement artistique fondé par André Breton au Xxème siècle, est définit comme un automatisme psychique par lequel on se propose d'exprimer soit verbalement, soit à l'écrit, le fonctionnement réel de la pensée. André Breton emploie ce mouvement artistique pour l'écriture de Nadja, en 1928, qui s'articule en troisparties : d'abord un préambule de 1918 au 3 octobre 1926, une deuxième partie consacrée à la liaison de Breton avec Nadja, et enfin, un épilogue rendant hommage à la « merveille ». Dans la seconde partie de son opuscule, Breton se consacre à l' « écriture de soi ». Dès lors, de quelle manière cet extrait de Nadja présente-t-il une vision de la femme tout à fait adaptée au surréalisme ? Dans laperspective de satisfaire réponse à ce sujet, nous examinerons, dans un premier mouvement l'écriture surréaliste, puis poursuivrons sur l'importance du rôle de la femme à l'intérieur de cet extrait.
André Breton use de l'écriture surréaliste pour l'écrit de cet extrait.
D'abord, même si l'extrait prend inspiration du surréalisme, il est important de définir le genre dans lequel celui-ci est ancré.On peut estimer que cet extrait peut se classer dans le genre autobiographique. En effet, la narration est à la première personne du singulier « je sors » (l.1). On observe également que le point de vue du narrateur est interne « dans l'intention de me rendre à pieds » (l.1-2). Ici, le narrateur indique le motif qui le fait agir. Le narrateur fait une rétrospection, c'est à dire qu'il fait desretours en arrière sur son vécu « sous son aspect du premier jour » (l.4-5) et « Comme le premier jour » (l.6). On peut aussi classer l'extrait dans le journal. Effectivement, le narrateur met tout en scène pour que son écrit prenne l'apparence d'un journal intime : « 6 octobre » (l.1), la date est écrite en italique, comme si le narrateur racontait les évènements de sa vie au fil des jours. De plus,il donne une exacte précision des évènements : « je sors vers quatre heures » (l.1) ou bien encore « à cinq heures et demie. » (l.2).
Puis, l'écriture surréaliste a pour caractéristique le mystérieux, le rêve. Le thème du mystérieux se traduit par l'idée de la errance. En effet, l'auteur semble lui-même incompréhensif quand à la route qu'il est censé prendre pour rejoindre Nadja « Contrairementà l'ordinaire, je choisis de suivre le trottoir droit de la rue de la Chaussée d'Antin. » (l.4-5). L'auteur change ses habitudes et se laisse séduire par l'errance. Toujours dans l'éphémère et la mobilité, Breton intègre un personnage à son récit : le sphinx qui va « d'un trottoir à l'autre interroger les passants » (l.20). La notion de l'errance entraîne nécessairement le concept de hasard. Larencontre entre le narrateur et Nadja est initialement prévu dans un café nommé « La Nouvelle-France » (l.2) mais l'errance de l'auteur fait qu'il rencontre par hasard Nadja. « Une des premières passantes que je m'apprête à croiser est Nadja » (l.5). Aussi, le personnage de Nadja renforce les aspects mystérieux de l'écriture surréaliste. Ce personnage semble avoir une personnalité insaisissable : «Elle se montre assez incapable d'expliquer sa présence » (l.7). Elle passe d'un sentiment à un autre sans que l'on en comprenne les raisons : « certaines distances, se montre même soupçonneuse. » (l.10) et ensuite on peut lire « dans son regard l'impatience, puis la consternation » (l.29-30). Les sentiments qu'éprouve Nadja sont en perpétuelle mouvance ; on peut parler d'un certain parallélismeavec le concept de l'errance. Aussi celle- {text:soft-page-break} ci à « l'intention de manquer le rendez-vous » (l.11) dont Breton et elle-même avait convenu. On ne connaît pas les raisons pour lesquelles celle-ci refusait de se rendre au rendez-vous fixé. André Breton use des lieux propices aux rêves et donc spécifiques à l'écriture surréaliste : l'histoire se passe en plein cœur de Paris, de...
tracking img