Naissance des etats modernes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1999 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA NAISSANCE DES ETATS MODERNES
INTRODUCTION :
Nous verrons tout d’abord que ces Etats modernes reposent sur une nouvelle conception et une nouvelle organisation du pouvoir, ensuite que la guerre de Cent Ans a fortement contribuée à leurs édifications, et enfin qu’ils ont profondément bouleversés la carte politique de l’Europe.
UNE NOUVELLE CONCEPTION ET UNE NOUVELLE ORGANISATION DUPOUVOIR UN ORCHESTRAL CEREMONIAL De la « religion royale »… L’importante influence de la religion dans les hautes sphères du pouvoir se manifeste principalement au cours de cérémonies publiques qui permettent sa diffusion dans l’ensemble du royaume. Elle est particulièrement présente dans la cérémonie du sacre à la cathédrale de Reims (en souvenir du baptême de Clovis) oùCapétiens et Valois se sont chargés de lui donner une coloration hautement symbolique : l’onction, très codifiée, donnée par l’Eglise, place le roi dans la continuité direct de Clovis et de Charlemagne. Ce qui lui confère une énorme légitimité donnée par l’Eglise et donc par Dieu.
Mais un élément plus novateur est introduit dans ce « culte royale » : l’Etat.
… à l’imprégnation dans lesesprits de la permanence de l’Etat Les funérailles du souverain sont elles aussi le théâtre d’un cérémonial qui, en dehors de l’aspect religieux, vise à graver dans les esprits la permanence de l’Etat. Par exemple lors de cette cérémonie un mannequin de cire à l’effigie du roi décédé est érigé jusqu’à l’inhumation du vrai corps du souverain. Le rôle de ce « second corps » est de montrer quemême si le roi est mort, l’Etat n’est pas mort avec lui, au contraire, il subsiste au-delà du temporel.
Cette orchestration du cérémonial royal est donc principalement symbolique mais cette nouvelle conception du pouvoir royal ne se cantonne pas uniquement à l’apparence, elle se manifeste également dans un renouveau de l’administration.
LES FONCTIONNAIRES DU ROI : DES NOUVEAUX VENUS DANSL’ADMINISTRATION
Le conseil du roi, hérité des temps féodaux
C’est le premier organe des institutions centrales, le roi le réunit régulièrement. Ses membres sont majoritairement issus de la cour féodale, princes du sang ou seigneurs (laïcs ou ecclésiastiques), mais le roi y fait entrer de plus en plus d’individus non pas reconnus par leurs rangs mais par leurs compétences dans différentsdomaines : techniques, financier, juridique… Le roi est donc de plus en plus entouré de serviteurs cultivés qui sont tous éprit d’un grand engouement pour l’Etat, des hommes « neufs » qui bousculent les grands aristocrates qui y siégeaient confortablement jusque-là.
Uneautre institution fait son apparition et est amenée à prendre de plus en plus d’importance : le Parlement.
Le Parlement,une institution de justice LA GENERALISATION DE L’IMPOT
Un prince en perpétuelle quête d’argents…
Et quand ca ne suffit toujours pas et que la guerre de Cent Ans ne va rien arranger, l’outil fiscal s’avère être l’alternative privilégiée.
…Qui doit faire appel de plus en plus massivement à l’impôt Où plutôt, aux impôts ! Processus qui débute d’abord par lagénéralisation des aides (impôt sur la vente de marchandises), ensuite de la gabelle (impôt sur le sel), et surtout de la taille. Ce dernier est un impôt direct, levé à la guise du souverain, qui deviendra un véritable point fort de la royauté française comparé à sa voisine d’outre manche qui ne dispose pas de cette source de revenu permanente et pour le moins fructueuse. Cet alourdissement de la fiscalitén’a pas été sans heurt, il a engendré de nombreuses révoltes, mais l’Etat a finit par triompher et de nouveaux officiers furent mis en place pour récolter les fonds, nos « percepteurs » actuels : les élus (qui remplacèrent les baillis dans ce domaine).
LES CONSEQUENCES DE LA GUERRE DE CENT ANS SUR LES DEUX GRANDS ROYAUMES
UNE GUERRE « MODERNE » AU NIVEAU MILITAIRE
On...
tracking img