Napoléon fossoyeur de la révolution

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (840 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une pourriture de ce monde rongée par la soif de vengeance, de vaincre ce qui veut la détruire. Des visions maléfiques et menteuses hantent son esprit sans cesse, jour comme nuit. Surement la causede ses insomnies. Ceci n'est que l'histoire de cette fille, cette petite fille au pays des cauchemardas. Ils en viendront à bout, elle ne s'en sortira pas. Mais d'abord, il faut qu'elle souffre. Ohoui, qu'elle souffre le plus intensément possible. Sentir la douleur lui arracher les membres, lui transpercer les trippes au plus profond de son être et finir par lui enfoncer des clous pour lacrucifier comme dans ces temps anciens. Que tout le monde puisse se venger de ce qu'elle a fait subir aux autres. L'éternité en viendra à bout. Elle pourrira sur une place aux yeux de regards innocents quipourront l'injurier et lui craché au visage. Enfin elle connaitra la vengeance, la flagellation, la terreur et la souffrance. J'aime la voir souffrir. Mais qui sais, c'est peut-être moi qui t'étranglepour mettre fin à tes espérances et tes rêves, à chaque fois que tu fermes les yeux... Les souvenirs sont comme un cri, ils reviennent chacun, tels une lance enfoncée en plein cœur de la personne lessubissant. Les voir se raviver devient une torture de plus en plus insupportable qui laisse couler nos larmes de sang le long de notre corps à l'agonie mentale comme une punition injuste et nonméritée. La transe physique est inconcevable, notre corps finit par subir le même sort, entraîné par la danse infernale de notre inconscient. Le cortège des abîmes noires voudrait nous emporter, faire de nousses esclaves. Pour lutter, nous devrons endurer les souffrances surnaturelles et sans autres remèdes que la Mort, dans son plus beau manteau de lune noire. Les corbeaux tournent autour de notredépouillent en attendant l'ultime signal pour mutiler notre chair et notre sang à vif pour finir par nous emporter corps et âme dans les profondeurs du Champs des Larmes.
La force de courir, je...