Napoleon pommier piece de theatre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1141 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 47

*les 4 figurants sont assis dans une voiture , avec Leblanc derriere au milieu de deux figurants *

Vous n'allez pas a la capitale ???

- On t'a pas sonné a l'arrière

* Les policiers débarquent et amènent Leblanc avec eux, puis ils le font s´asseoir. Peu après, l'Arabe ( JUAN ) rentre dans la pièce et s'assoit en face de lui *

J -Vous parlez anglais?

A -Oui, monsieur.J-Votre nationalité?

A-Je suis un bronzé( immigrant du sud ). Sénégalais d’origine, puis français par naturalisation.

J-Vous avez une profession?

A-Je suis un flic.J’appartiens à la police parisienne.

J-Votre identité?

A-Blanc, Jérémie. Mon passeport se trouve dans la poche arrière de mon porte-trefle.

J-Quel motif justifie votre voyage?

A-Je suis chargé d’intercepter lechef de notre laboratoire de police technique afin de lui reprendre quatre clés dont il est venu négocier la vente avec vos ventrus.

J-Pour le compte de qui agit-il?

A-Pour le sien!

J-C’est-à-dire?

A-Il paraît que ces clés ont un énorme intérêt et il a voulu en tirer profit.

J-A quoi servent-elles?

A - Top secret ; mes chefs ne m’ont fourni aucune explication.

J-Vous espérezque je vais vous croire?

A-Oui, car je suis dans l’impossibilité de vous dire autre chose puisque je ne sas rien.

* L'Arabe regarde Leblanc dans les yeux quelques secondes, puis sort une cigarette, la met a sa bouche, un des figurants l'allume, puis il recommence a parler *

J-Si j’ai bien compris votre version des faits, le directeur de laboratoire quitte Paris avec ces clés. Vos chefsdécouvrent aussitôt le larcin et vous catapultent ici à bord d’un jet spécial pour que vous arriviez avant lui à Kalamarfarçî. Mission remplie. Vous l’intercepterez à sa sortie de l’aéroport et l’engagez à aller déposer lesdites clés dans une cabine téléphonique.Correct? * Gesticule des mains et joue avec sa cigarette en parlant *

A -Tout à fait * Air étonné *

J-N’eût-il pas été plus simple qu’ilvous les remît en mains propres?

A-Je le savais suivi et moi-même m’estimait surveillé. Il m’a paru plus prudent d’opérer pas le truchement de cette cabine.

J-Passons. Qu’avez-vous fait de ces clés?

A-Elles ne se trouvaient pas à l’endroit où je lui avais ordonné de les déposer.

J-Donc l’homme du laboratoire vous a floué.

A-Hélas oui.

J-Il a fait mine d’obéir à votre injonction,mais en réalité les a conservées?

A-Ça me semble évident!

J-Il doit y avoir une autre solution!

* L'Arabe fait un signe a un objectif dans le mur ( la porte de la classe ) puis des figurants sortent et vont chercher Mathias et le jettent dans la piece, ils reviennent ensuite*

Chapitre 50

* De la cendre de cigarette tombe sur l'Arabe, il souffle dessus pour l'enlever *

A-Nefrottez pas, surtout! * Air inquiet *

* Monologue : Juan parle Adrien regarde ses chaussures comme si il ne l'entendait pas, Juan se tourne vers le public*

J – Je n'arrive pas a croire que même après l'avoir fait tourné ( attraper, mystifier ), ce flic continue a rester aussi pénard

J-Vous êtes coriace, remarqua-t-il.

A-Pas particulièrement, fit Blanc.

[Interlocuteur jette sa cigarette]A- Comment vas-tu ?

L -Bien jusqu'à présent, assura le Rouquemoute en faisant preuve du même flegme.

J -Je vous interdis de communiquer! Dit l’homme au turban vert.

* Juan se lève *

-Tout, dans ce local, a été conçu pour faire parler des gens décidés à se taire. Nous pouvons vous placer des électrodes dans le dargot en y faisant passer en courant électrique. Ou bien vous suspendrepar les roubignoles aux crochets que vous apercevez là-bas. Je peux appeler un vieux sage, plein de dextérité, capable d’enlever au rasoir la moitié de votre poids sans vous mettre à mort, ou emplir votre bouche de grosses fourmis rouges qui se disperseraient dans votre tube digestif et vos voies respiratoires. Mille autres choses encore, aussi variées qu’insoutenables. Les individus les plus...
tracking img