Nation au proche orient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1866 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Quelle place accorder à la Nation au Proche-Orient ?

La chute de l’empire multinational Ottoman, puis la décolonisation ont conduit à l’émergence d’une idéologie nationaliste au Proche-Orient. Diffusée par les progrès de l’éducation, l’idée nationaliste est incarnée, au début du XX° siècle, par des leaders charismatiques, tels que Mustapha Kemal en Turquie, Reza Chah en Iran, ou Nasser enEgypte, qui assoient leur pouvoir en entreprenant d’ambitieuses politiques de modernisation.
Aujourd’hui, le sentiment national paraît largement mis à mal au Proche-Orient : alors que le conflit Israélo-Palestinien réunit l’ensemble des populations arabes dans la haine d’un ennemi commun, la montée de l’islamisme et les conflits religieux semblent mettre le fait religieux au premier plan.Aussi peut-on s’interroger sur la place à accorder à la Nation au Proche-Orient.
L’Etat-nation, d’imitation européenne, et érigé en modèle lors de la décolonisation, ne reflète pas la réalité humaine au Proche-Orient. Les appartenances ethnico-linguistiques, mais surtout religieuses, semblent primer sur le sentiment d’appartenance nationale.
Seront successivement étudiés l’importance desminorités au sein des Nations du Proche-Orient (I), le rôle du facteur ethnique (II), puis la prépondérance du facteur religieux comme élément structurant.

1. l’importance des minorités au sein des Nations du Proche-Orient

Les nations du Proche-Orient sont pour la plupart des créations récentes, nées de la décolonisation. En leur sein, des groupes ethniques ou religieux ont étérassemblés ou séparés contre leur gré. Cela fragilise les Etats-nations.
Certes, le multiculturalisme n’est pas forcément synonyme d’instabilité. L’empire Ottoman, s’étendant sur 8 000 000 km2, englobait une vaste part de l’actuel Moyen-Orient, mais également du Maghreb et de l’Europe. Bien que laissant une vaste autonomie à certaines de ses provinces, il a perduré pendant plus de 6 siècles.Certains Etats multiconfessionnels du Proche-Orient ont fondé le fonctionnement même de leurs institutions sur la reconnaissance du fait communautaire. La constitution libanaise a longtemps consacré le partage du pouvoir entre les grandes communautés, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes. A la fin de la guerre civile de 1975-1991, les accords de Taef et la révision constitutionnelle de 1990 prévoitune suppression graduelle du confessionnalisme. Dans les faits, cette disposition se heurte à de nombreuses résistances.
Néanmoins, le multiculturalisme pose, dans la plupart des Nations du Proche-Orient, de grandes difficultés. Les minorités y sont généralement victimes de discriminations, démontrant l’incapacité des Etats-nations à intégrer l’ensemble de leurs citoyens. Ces minoritéspeuvent être religieuses, comme les Coptes, chrétiens d’Egypte, qui, de plus en plus menacés par la montée de l’Islam radical, sont près de 25 000 à quitter le pays chaque année. Ces minorités peuvent aussi être ethniques. Il en va ainsi des Arabes d’Israël, qui représentent près de 18% de la population du pays, où ils sont exclus du service militaire obligatoire, étape fondamentale de la reconnaissancesociale, ainsi que de discriminations en matière d’accès au marché du travail.
Le cas particulier des Kurdes, surtout, témoigne du caractère parfois artificiel des découpages géographiques qui ont présidé à la création de certaines nations du Proche-Orient. La communauté Kurde est partagée entre quatre Etats : l’Irak, dont l’ancien dictateur, S.Hussein, vient d’être condamné à mort pouravoir massacré des Kurdes, l’Iran, la Syrie, mais surtout la Turquie, où leur opposition à l’Etat central se manifeste régulièrement par des attentats attribués au PKK (parti des travailleurs du Kurdistan). Revendiquant depuis un siècle le droit à s’autodéterminer au sein d’un Kurdistan indépendant, les Kurdes sont considérés par Bernard Dorin, dans « Les Kurdes, destin héroïque, destin tragique »,...
tracking img