Natsume soseki

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1992 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Natsume Sôseki,

Le Journal D’un Apprenti Cycliste

[pic]

Biographie

|Kinnosuke Natsume est né le 9 février 1867 à Ushigome, Edo (aujourd'hui Tôkyô) dans |
|l'arrondissement actuel de Shinjuku. Sa naissance coïncide avec le début de l'ère Meiji |
|(1867-1912), de modernisation du Japon. Natsume est son patronyme mais il prend comme nom de|
|plume, en 1888, "Sôseki" quisignifie, par extension, "obstiné". |
|C'est un enfant non désiré, d'une mère âgée qui le rejette. Il est confié à un couple de |
|serviteurs jusqu'à l'âge de neuf ans. De retour dans son foyer, il continue à être rejeté |
|par son père et sa mère meurt en 1881, lorsqu'il vient d'avoir 14 ans. A 21 ans il est à |
|nouveau inscrit sur le registre de l’état civildes Natsume (sa famille d’adoption). |
|Au collège, il se passionne pour la littérature chinoise et se destine à l'écriture. Mais |
|quand il entre à l'Université de Tokyo en septembre 1884, il est obligé de commencer des |
|études d'architecture mais étudie en même temps l'anglais. Il apprendra également l'allemand|
|et le français, ce qui exceptionnel pour un japonais de sontemps. |
|En 1887, il rencontre Masaoko Shiki, qui le pousse à écrire et l'initie à la composition des|
|haïkus. En 1890, il entre au Département d'Anglais et obtient son diplôme en 1893. Il |
|commence aussitôt à enseigner. |
|En 1895 il est nommé professeur à Matsuyama et son expérience donnera lieu dixans plus tard|
|à la rédaction de Botchan. L'année suivante, il est nommé à Kumamoto et continue à publier |
|dans des revues des haïkus et d'autres poèmes. |
|Le 10 juin 1896, il se marie avec Kyoko Nakane. |

Le gouvernement japonais l'envoie étudier en Angleterre, d'octobre 1900 à janvier 1903.
Cetteexpérience n'est pas des plus heureuses, car il manque d'argent et passe beaucoup de temps enfermé et plongé dans des livres. De cette confrontation avec L'Occident, Sôseki laisse des textes très variés qui relatent son expérience londonienne; certains sont empreints de rêveries historiques, d'autres particulièrement cocasses.
A son retour, il se voit confier la tâche de succéder au prestigieuxLafcadio Hearn comme lecteur de littérature anglaise à l'université de Tokyo, poste qu'il va abandonner pour se consacrer entièrement à l'écriture à partir de 1907, grâce à un contrat avec un grand journal de Tokyo, Asahi, pour lequel il rédige de nombreux ouvrages.
Son premier livre "Je suis un chat" parait en 1905. C'est une vision ironique, à travers les yeux naïfs d'un chat, du Japon de sontemps.
Le second voyage, d'agrément celui-là, le mène en Mandchourie alors sous domination japonaise, puis en Corée, de septembre à octobre 1909. Invité par l'un de ses meilleurs amis occupant un poste-clef dans l'administration coloniale, il parcourt le pays avec nonchalance et cache difficilement un certain mépris pour les autochtones.
A partir de 45 ans, la santé de Sôseki se dégraderapidement. Il sort avec difficulté de chez lui.
Il se rapproche des pratiques religieuses nommées "Sokutenkyoshi" de détachement de soi.
Il meurt d'un ulcère à l'estomac le 9 décembre 1916.

Bibliographie

Sôseki zensû, œuvres complètes en dix-sept volumes. Edition publiée aux éditions Iwanami à l’occasion du centenaire de la naissance de Sôseki. Nouvelle édition en vingt-huit volumes, en cours deparution chez le même éditeur.

Sôseki bungaku zenshû bessatsu, volume à part des œuvres complètes de l’édition en dix, volumes parue aux éditions Shûeisha en 1974, ouvrage de référence rédigé par Ara Masato.

Sôseki to sono jidai (Sôseki et son époque), de Eto Jun – Quatre volumes parus : tome 1 et tome 2, 1970 ; tome 3, 1993 ; tome 4, 1996, aux éditions Shinchôsha.

Sôseki teki shudai...
tracking img