Nazi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (437 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
2. La doctrine fasciste de l’État
2.1 La conception fasciste de l’État
L’état libéral était le garant des droits individuels. Pour les fascistes, au contraire, l’individu n’a ni volonté, niliberté, ni pouvoir, et par conséquent, il n’a aucun droit. Seul l’État est une personne spirituelle douée de volonté, de liberté et de puissance. La devise fasciste est
« Tout dans l’État, rien contrel’État » (Mussolini).
NB : La différence entre le fascisme et le nazisme est que, pour Mussolini, l’État était une communauté culturelle, alors que pour Hitler, c’est aussi une communauté raciale.
2.2Conséquences socio-politiques
La conception fasciste de l'état a pour conséquence le refus de tout ce qui est susceptible de diviser ce tout qu’est l’État: le totalitarisme (ou Etat-total)
a- Sur le planpolitique:
• Un parti unique strictement hiérarchisé
• Un chef unique, incarnation de l’État qui concentre tous les pouvoirs
• Pas de délibération
• Pas d’opposition
b- Sur leplan social:
• Interdiction de toute association, sauf le parti unique
• Abolition de toutes les libertés individuelles (de pensée, d’expression...):
« La liberté est la liberté de toutun peuple acceptant la règle de l’État qu’il a intériorisé. » (Mussolini)
• Endoctrinement systématique. Devise = « Croire-Obéir-Combattre »
L’endoctrinement est la conséquence directe de ladéfinition fasciste de la liberté. L’intériorisation de la règle de l’État se fait par « l’éducation », entendre l'endoctrinement, des individus. Mussolini voulait changer la société en modelant unnouveau type d’être humain.
3. Les contradictions du fascisme
3.1 Contradictions théoriques
|Doctrine de l’ordre |Mais au nom de l’État, tout est permis (absence || |d'état de droit, retour à la violence) |
|Identification de l’individu à l’État |Mais on est prêt à...
tracking img