Ndeylia droi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 44 (10906 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I.

INFORMATIQUE GENERALE : TOME 1 – HISTOIRE ET EVOLUTION

A. A. Les abaques et les bouliers
On peut dire que compter est aussi ancien que l’homme sur terre. On peut alors le remonter depuis la préhistoire. Les moyens de compter pouvaient être des nœuds, des traits gravés sur du bois ou des os. Mais le premier instrument aidant l’homme dans les taches répétitives de comptage sont lestablettes, les bouliers et les abaques. Déjà 3000 ans avant J. C., ces instruments étaient utilisés par les Chinois. Mille ans après, les abaques étaient utilisés par les Babyloniens et en 460 avant J.C. les Egyptiens l’adoptèrent. L’abaque à boule est une pièce en bois sur la quelle des cordes parallèles contiennent des perles qui peuvent glisser le long d’une tige. Selon une méthode de programmationque l’utilisateur doit mémoriser, toutes les opérations arithmétiques ordinaires pouvaient y être effectuées. L’abaque est toujours utilisé dans certains pays asiatiques.

B. Les machines mécaniques à additionner
Une machine à calculer mécanique est un outil qui a trois caractéristiques : un mécanisme servant de registre pour stocker les nombres ; un deuxième mécanisme pour additionner un nombreà celui stocké en registre et un troisième mécanisme d’addition ayant la possibilité de s’occuper des retenus.

(1) La Machine à additionner de Wilhelm Shickard.
Wilhelm Shickard de Tubigen réalisa en 1623 une machine à calculer suite à la requête de son ami l’astronome Johaness Kepler. La machine dont on a pas de trace aurait périt dans un incendie avant même que Kepler en prenne possession.Mais il a été retrouvé dans ses correspondances avec Kepler, les dessins et la fonctionnalité de cette machine qui a permis plus tard de faire la réplique

(2) La Machine de Pascal
Blaise Pascal commença à développer en 1642 à l'âge de 19 ans une machine à additionner pour aider son père qui travaillait au service des impôts de Rouen. Il compléta son premier modèle et en construisit cinquanteautres dans les dix années qui suivirent. Cette machine appelée Pascaline pouvait effectuer des additions et des soustractions, mais aussi convertir les monnaies complexes de l'époque.

(3) La machine mécanique de Leibniz
Trente ans plus tard, Gottfried Wilhelm Von Leibniz inclue dans l'invention de Pascal,la multiplication et la division indirecte. Ainsi pour multiplier quatorze par cinq(14*5), il fallait additionner le nombre quatorze cinq fois. Des problèmes d'ingénierie ont fait que la machine de Leibniz ne connut pas un grand succès. Cette machine conçue en 1670, ne put être fabriquée qu'en 1700

(4) L'arithmomètre de Colmar
Au début du dix-neuvième siècle l'idée d'une machine à calculer mécanique commença à être banalisée. C'est ainsi qu'un financier français du nom de CharlesXavier Thomas de Colmar construisit en 1820 une machine à calculer capable de faire les quatre opérations de base. En 60 ans, mille cinq cent machines furent vendues. L’arithmomètre utilisa des touches à la place des manivelles pour introduire des chiffres et pour faire le décalage. C'est dans le cadre de cette invention que nous pouvons noter la contribution de Léon Bollé qui fabriqua en 1889 unemachine à multiplication directe, et du polonais Abraham Stern qui inventa en 1817 une machine pouvant effectuer l'extraction des racines carrées.

(5) Le British Calculator ou Brical
Le Brical est une petite machine mécanique spécialisée dans le calcul des poids et mesures. Sa version simplifiée comprend trois anneaux concentriques dont chacun a une série de noeuds et de dents pour effectuerles opérations.

(6) La machine à additionner de Burroughs
Cette machine américaine fut construite à Nottingham en Angleterre par la compagnie Burroughs Adding Machine, Limited. Après avoir effectué les calculs, la machine faisait le total des colonnes en bas de la feuille, évitant ainsi à l’utilisateur de reprendre le calcul des totaux. C’est pour cette raison que la machine de Burroughs fut...
tracking img