Ne doit-on tenir pour vrai que ce qui est prouvé?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (325 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’homme est-il la mesure de toute chose ?

Peut-on dire sans concessions que l'homme est la mesure de toutes choses ? Quel outil de mesure faut-il utiliser? Il existe denombreux exemples des dérives que cette vision des choses peut engendrer. Ce qui amène souvent l'homme de bien à se diriger vers d'autres référents.
Il n'y a pas de véritéabsolue. Chaque homme a un point de vue particulier sur le monde. La réalité du monde ne peut pas être commune à tous car aucun individu ne ressemble à un autre. Mais, la véritén'est pas relative et subjective. Il existe des vérités éternelles, intelligibles qui sont les mêmes pour tous.

« L'homme est la mesure de toute choses » formule qu'AnatoleFrance interprétait ainsi : « L'homme ne connaîtra de l'univers que ce qui s'humanisera pour entrer en lui, il ne connaîtra jamais que l'humanité des choses. » Touteaffirmation sur l'univers est relative à celui qui affirme. Socrate résume la thèse de Protagoras : « N'arrive-t-il pas parfois qu'au souffle du même vent l'un de nous frissonne etnon l'autre ? Or que dirons-nous alors de ce souffle de vent envisagé tout seul et par rapport à lui-même ? Qu'il est froid ou qu'il n'est pas froid ? Ou bien en croirons-nousProtagoras : qu'il est froid pour qui frisonne et ne l'est pas pour qui ne frisonne pas ? » (« Théétète », 152b). L'affirmation sur un même objet diffère non seulement d'unindividu à un autre mais chez le même individu selon les moments (le monde ne m'apparaît pas de la même façon quand je suis gai ou triste) et même selon les perspectivesd'observation (une tour vue carrée de près paraît ronde de loin). Pour les sceptiques il n'y a pas de vérités objectives mais seulement des opinions subjectives toutes différentes.
tracking img