Neoclassique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 45 (11119 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Partie 1 – Les modèles canoniques

1. Les fondements classiques

C'est Karl Marx qui parle en premier de classiques pour désigner Ricardo et ses prédécesseurs. Ils ne se sont jamais considérés comme une école mais on retrouve chez eux un certain nombre de traits communs et en particulier une façon d'appréhender l'analyse économique en terme de groupes sociaux.

Auteurs classiques:

A.Smith 1723-1790
D. Ricardo 1772 – 1823
J.B. Say 1767 – 1832
T. Malthus 1766-1834

La main invisible d'A. Smith: formalisée beaucoup plus tard par les néoclassiques.

Les auteurs classiques vont s'intéresser :
● aux fondements de la valeur
● formation des prix
● la répartition du revenu entre différentes composantes de l'économie
● s'interroger sur l'apparition de crisedans le système capitaliste
● l'évolution à long terme de l'économie

Ricardo est considéré comme l'architecte de l'économie classique.
Chapitre 1 de l'ouvrage de Ricardo: Marchandises produites – valeur d'échange
Chapitre 2: Terre – Rente
Chapitre 3: Travail – Salaire
Chapitre 4: Capital – Profit

1.1- Mesure de la valeur des marchandises reproductibles

Ricardo commence paraffirmer le principe de la valeur travail: les marchandises s'échangent en proportion des quantités de travail requise pour leur production. Si l'objet A demande 2 fois plus de temps que l'objet B, l'objet A vaudra 2 fois plus cher.
La valeur d'échange d'une marchandise tient à la difficulté de production de cette marchandise, cette difficulté étant mesuré par une quantité de travail. Cette approche dela valeur à l'origine de résultats essentiels sur la répartition du revenu dans l'économie et sur l'accumulation du capital. Le travail incorporé implique un prix qui implique un certain taux de profit dans l'économie.

Les classiques s'intéressent aux biens dont la quantité peut être accrue par le travail des hommes. Il faut donc distinguer les marchandises reproductibles de celles qui ne lesont pas. Seul les biens produit par le travail font l'objet de l'étude.

Exemple: 2 biens, A et B
[pic]nombre d'heures de travail nécessaires pour produire une unité de bien A.
[pic]nombre d'heures de travail nécessaire pour produire une unité de bien B.

On va supposer que le travail est un bien homogène: tous les travailleurs fournissent la même quantité de travail. Il ne faut que dutravail pour produire les deux biens. Le salaire qu'ils perçoivent se fixe à w.

Façons de définir les prix:
– prix déterminés par les coûts de production: pA=[pic], pB=[pic]rapport des prix égal au rapport des quantités de travail: [pic]
– la totalité du produit ne va plus aux seuls travailleurs, il existe une classe de capitaliste qui appliquent un taux de profit au montant versé auxtravailleurs. Soit r le taux de profit: [pic]. Rapport des prix: [pic].

Tout change si on fait intervenir un bien dans la production des autres biens:
une unité de bien A s'obtient avec [pic]heures de travail et une unité de bien C
une unité de B s'obtient avec [pic]heures de travail.
une unité de bien C s'obtient avec [pic]heures de travail.

[pic]
[pic]

coût de production du bien A
[pic][pic]
Le rapport des valeurs d'échanges ne dépend plus exclusivement des quantités de travail.

1.2- Une analyse contemporaine: existe-t-il un système de prix permettant l'échange des marchandises à leur coût ?

Economie subdivisée en plusieurs branche et chaque branche correspond à un produit. Il y a n branches. Dans une période donnée chaque branche i produit une quantité [pic]d'un bienhomogène. Cette production est obtenue à l'aide de consommation intermédiaire et travail. [pic]a divers emplois possibles:
– consommation intermédiaire pour d'autres branches. [pic]la quantité du produit i livrée à la branche j.
– emplois finals: la consommation des ménages, des administrations, la FBCF, les variations de stocks.
– exportations nettes si on est dans une économie ouverte....
tracking img