New york

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (335 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les gratte-ciel qui défient les cyclones sur leurs muscles d'acier et leur peau patinée de pierres.
Mais quinze jours sur les trottoirs chauves de Manhattan
- C'est au bout de latroisième semaine que vous saisit la fièvre en un bond de jaguar
Quinze jours sans un puits nu pâturage, tous les oiseaux de l'air
Tombant soudain et morts sous les hautes cendresdes terrasses.
Pas un rire d'enfant en fleur, sa main dans ma main fraîche.
Pas un sein maternel, des jambes de nylon. Des jambes et des seins sans sueur ni odeur.
Pas un mot tendreen l'absence de lèvres, rien que des cœurs artificiels payés en monnaie forte.
Et pas un livre où lire la sagesse. La palette du peintre fleurit des cristaux de corail.
Nuitsd'insomnie ô nuits de Manhattan ! si agités de feux follets, tandis que les klaxons hurlent des heures vides.
Et que les eaux obscures charrient des amours hygiéniques, tels des fleuves encrue des cadavres d'enfants.
Voici le temps des signes et des comptes
New York ! or voici le temps de la manne et de l'hysope.

Senghor est un auteur du 20ème siècle né en 1906au Sénégal. Il enseigne le français en France et entame une carrière politique. En 1960, lors de l'indépendance du Sénégal, il est élu président de la république jusqu'en 1979. Laplupart des poèmes d'Ethiopiques ont été écrits dans les années qui ont précédé l'indépendance du Sénégal. « A New York » est un poème ayant rapport à l'Afrique dans lequel comme danstous ses recueils poétiques il célèbre la grandeur de l'homme mais il dénonce le colonialisme et combat en faveur de la négritude. Il suggère un accompagnement musical pour évoquer NewYork qu'il a découvert à l'occasion d'une mission à l'ONU, un solo de trompette. Dans notre étude, nous verrons dans un premier temps, la poésie du point de vue oratoire et religieux...
tracking img