Nihilisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (496 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Suicide
La seule à pouvoir s’infliger la mort avec l’intention de le faire est l’être humain. droit de chacun de choisir le moment et les modalités de sa mort. Le suicide, pour être pleinement unacte dirigé CONTRE soi est souvent assimilé à de la lâcheté, au sens où l'on blâme celui pour qui la vie, une fois devenue un poids, un fardeau, une charge pesante sur son être, déciderait de s'ôter lavie : de se tuer soi. il a fait le choix de débattre entre lui et la vie et en définitive d'abandonner tout combat. Chez le suicidaire, la vie a atteint un tel déséquilibre qu'aucun motif d'ordrerationnel ne peut la consolider. Aucun suicide n'est uniquement cautionné par une réflexion sur l'inutilité de la vie et de la souffrance dont elle est génératrice. Aucun être n'est en mesure dephilosopher avant le suicide; ou de telles pensées mûrement réfléchies ne peuvent alors qu'affecter des êtres "déjà" atteints. Le suicide n'est donc pas provoqué par la réflexion, la raison, la volonté ou lechoix, mais seulement par un déséquilibe interne, organique. Nul ne peut en effet vouloir se suicider, même s'il est possible en revanche de ne plus "pouvoir" souffrir l'existence. Pour parvenirl'obsession du suicide, il faut tant de supplice, tant de tourment, un effondrement des barrières intérieures si violent, que la vie n'est plus qu'une morbide agitation, un vertgie, un tourbillon tragique.il relève plus justement d'une suppression intérieure de toute joie d'exister, de toute "tentation". Même l'acte qui consiste à se "tuer soi", n'est pas une "tentation" de la mort, mais bien plutôt un"refus" de la vie. C'est l'absurde qui pousse au suicide, l'absurde qui est bien par excellence ce qui n'a ni raison, ni logique, ni morale : l'absurde est néant. On se suicide toujours à cause dunéant, mais finalement, pour y retourner. Schopenhauer* interprète ce monologue de Shakespeare à partir de l’impossible quête du néant: «Notre état est si malheureux qu’un absolu non-être serait bien...
tracking img