Nisbet, tocqueville, durkheim

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 45 (11233 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1 :Introduction générale 2
A- Qu’est-ce que la sociologie ? 2
B- L’émergence de la sociologie au 19ème siècle 2
C- Auguste Comte (1798-1857) et le positivisme 3

Chapitre 2 Robert nisbet et la tradition sociologique 6

I- Introduction 6

II- la fin de l’ordre social traditionnel 7

Chapitre 3 : Alexis clérel de Tocqueville (1805-1859) : aristocratie etdémocratie 8

Introduction 8

I- Démocratie et égalité des conditions 8

II : Comment concilier égalités des conditions et liberté 9
A- Individualisme et égoïsme 9
B . Tyrannie de la majorité 10
C- La classe moyenne dans les sociétés démocratiques 11

Chapitre 4 : David Emile Durkheim (1858-1917) Qu’est-ce qu’un fait social ? 16

I- Définition du fait social 16

II-Fait social : extériorité, sanction et temporalité 17

Durkheim : règles et observation des faits sociaux 18
1) Règles relatives à la l’observation des faits sociaux 18
2) Règles relatives à l’explication des faits sociaux 19
3) Règles relatives à l’administration de la preuve 19
4) Règles relatives à la distinction du normal et du pathologique 20

Chapitre 5 : Durkheim :Division du travail, lien social et solidarité 21

I- Conscience collective et division du travail 21

II- Type de solidarité et type de droit 21

Conclusion 22

Chapitre 6 : Le suicide, étude de sociologie 24

Introduction 24

I- Définition du suicide 24

II- Réfutation des interprétations antérieures 25
A- Les états psychopathiques ou psychopathologiques 25
B-La race et l’hérédité 25
C- Les facteurs « cosmiques » 25
D- L’imitation 26

III- Explications sociologiques du suicide 26
A- Les suicides dans les sociétés inustrialisées 27
B- Les suicide dans les sociétés traditionnelles 28

Chapitre 7 : Débats sur l’analse Durkheimienne du suicide (non au programme) 30

Introduction 30

Chapitre 1 :Introduction générale

A-Qu’est-ce que la sociologie ?

Les sociologues eux-mêmes ne sont pas toujours d’accord entre eux pour définir leur discipline puisque par une boutade R.Aron estimait que le seul accord qui subsistait entre sociologues portait sur leur difficulté à définir la sociologie.
La sociologie a fait son entrée dans les universités à la fin du 18ème siècle. D’après une célèbre phrase d’EmileDurkheim (le fondateur de l’école française de sociologie), on peut envisager la sociologie comme la science qui se consacre à l’étude des faits sociologiques. Pour Auguste Comte, la sociologie est l’étude scientifique de l’origine des sociétés humaines.

On distingue les sociologues des psychologues, économistes et historiens.
Comme l’historien, le sociologue peut se pencher sur lepassé afin de saisir le présent ; comme le psychologue, il s’intéresse aux représentations individuelles et collectives et comme l’économiste, à la façon dont les individus et les groupes échangent des biens et des services matériels ou symboliques.
Contrairement à l’historien, la quête du passé ne constitue pas sa préoccupation première ; il a plus que le psychologue l’objectif de replacerl’individu dans son contexte social ; il s’intéresse d’avantage aux relations sociales instaurées entre les individus qu’aux mécanismes de production et de répartition qui préoccupent les économistes.

La sociologie est un morceau de chacune de ses disciplines.

Le territoire du sociologue se construit au contact des autres disciplines. Les sociologues n’élaborent de théorie qu’étayé par unmatériau empirique susceptible de valider ses propositions à la différence du philosophe par exemple. Il doit aussi se garder ses jugements de valeur dans sa recherche. C’est à condition de respecter un certain nombre de principes que la sociologie trouve sa place parmi les sciences humaines.
Pratiquer la sociologie compréhensive comme la voulait Max Weber afin de saisir la signification...
tracking img