No et moi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (435 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
No et moi

Monsieur Martin Doise, âgé de 65 ans, petit cultivateur habitait une maison isolée sur le territoire de Saint Jans Cappel, et il fut trouvé mort, près de son foyer le 23 janvier 1861,avec la tête horriblement mutilée, par suite de coups portés avec une pioche.
Les époux Gardin, gendre et fille de Martin Doise, s’étant présentés à la maison de la victime, portèrent immédiatement cethomicide, qui remontait déjà à plusieurs jours, à la connaissance des autres membres de la famille et du Maire de la commune.
Les magistrats du Tribunal d’Hazebrouk se rendirent sans délai sur leslieux et constatèrent qu’ils ne présentaient aucun désordre, que rien ne paraissait avoir été volé, à part une grosse montre en argent.
* La clameur publique désigna de suite comme les auteurs ducrime les époux Gardin, qui avaient souvent déclarés leur haine publiquement envers Monsieur Martin Doise.
L’instruction fut dirigée dans ce sens, sans négliger cependant de rechercher la montrevolée et les malfaiteurs étrangers dont la présence aurait pu être remarquée dans le pays. Elle révéla les affreux sentiments de la fille Doise contre son père, qu’elle menaçait fréquemment d’assassiner,les actes réitérés de violences qu’elle avait commis sur sa personne. Rosalie Doise est alors mise au secret, enfermée dans un cachot, qualifié par Monsieur Farcy de « trou noir » et enceinte, ellefinit par avouer
Des traces de sang desséché furent trouvées sur ses vêtements, enfin après avoir protesté longtemps de son innocence elle fit des aveux, déclarant toutefois que son mari était absent.Une ordonnance de non-lieu intervient contre ce dernier, qui croyait lui-même sa femme coupable, et Madame Doise épouse Gardin fut renvoyée devant la Cour d’assise du Nord sous l’accusation deparricide.
La question posée au jury est formulée de la manière suivante : « Rosalie Doise, est-elle coupable d’avoir, en janvier 1861, volontairement tué Martin Doise, son père légitime ? »
Malgré...
tracking img