Noam chomsky: grammaire formelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1874 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
GRAMMAIRE FORMELLE :

NOAM CHOMSKY

Table des matières
I. La théorie standard chomskienne 2

II. Structure syntaxiques (1957) : les trois types de grammaires 3

III. Aspects de la théorie syntaxique (1965) : la théorie standard 5

IV. La théorie standard étendue et la théorie des traces 6

V. Développements récents de la théorie chomskienne 6

La théorie standard chomskienneLa grammaire générative est associée au nom du linguiste américain Noam Chomsky. La grammaire chomskienne a pour la particularité d’être à la fois générative et transformationnelle. Le modèle chomskienne a connu instantanément de nombreuses versions successives. L’histoire de la grammaire générative peut être divisée en deux grandes périodes : première va de 1957 (premier ouvrage de ChomskyStructures syntaxiques) à la fin des années 70 (théorie des traces) ; la seconde concerne les développements récents du modèle chomskienne, que l’on peut regrouper autour de la théorie du « gouvernement et du liage ». La première période a rassemblé nombre de linguistes attirés par l’objectif d’un traitement formel et automatisable de la langue.

Chomsky cherche à bâtir une théorie des structureslinguistiques, qu’il appelle grammaire, et dont la pièce principale est constituée par la syntaxe. Les phénomènes syntaxiques appartiennent, selon lui, à un niveau spécifique et autonome, distinct d’une part de la morphologie et de la phonologie, et d’autre part de la sémantique (une phrase bien formée syntaxiquement mais dépourvue de signification). Le but de la grammaire est de rendre compte detoutes les phrases grammaticales et d’elles seules. La grammaire a la forme d’un mécanisme génératif : les faits de syntaxe pourraient être décrits à l’aide d’un axiome et d’un système de règles. Les structures syntaxiques sont conçues comme ne se réduisant pas à un corpus fini, car à partir d’un ensemble fini de règles et de symboles il est possible de générer une infinité de phrases. Cettepropriété de la langue (créativité) est définie formellement par le caractère de récursivité. L’objet d’études chez Chomsky n’est pas un corpus attesté et fini mais l’infinité des réalisations possibles, y compris celles qui n’ont jamais été prononcées ou entendues. Selon lui, le seul rôle possible de la théorie est de comparer deux outils (grammaires) entre eux pour juger lequel rend mieux compte del’objet (langue) – cette procédure est appelé évaluation.

Structure syntaxiques (1957) : les trois types de grammaires

Chomsky examine successivement deux types de grammaires formelles : la grammaire à nombre fini d’états et la grammaire de constituants ou grammaire syntagmatique.
1. Les grammaires à nombre fini d’états constituent un modèle tout à fait élémentaire, inadéquat pourengendrer tous les types de structures syntaxiques. Elles ne peuvent opérer de hiérarchisation et donc permettre une théorie des fonctions
2. Les grammaires de constituants ou grammaire syntagmatique se présentent comme la donnée :
a) d’un axiome de départ : phrase (symbole P)
b) d’un vocabulaire, composé de deux sous-ensembles : le vocabulaire auxiliaire (catégories grammaticalesGN (groupe nominal), GV (groupe verbal), V (verbe), N (nom), etc.) et le vocabulaire terminal (unités lexicales comme monsieur, chien, prendre, etc.)
c) d’un ensemble de règles (réécriture) qui engendrent les phrases par une série d’étapes de dérivation en leur associant une description (leur « histoire dérivationnelle », c'est-à-dire la suite des règles appliquées que l’on peut présenter parun arbre)
Ces règles développent la partie à gauche de la flèche sous la forme de ce qui se trouve à droite de la flèche :
P → GN + GV
GN → Article + N
GN → V + GN
V → prend, touche
N → monsieur, chien, ballon
Article → le
Exemple de la présentation en arbre (indicateur syntagmatique) d’une dérivation :

En introduisant dans la grammaire...
tracking img