Normes dans l'apartheid

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3304 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

L’apartheid est un terme afrikaans signifiant « séparation, mise à part ». C’était une politique de ségrégation raciale basée sur le développement séparé des populations selon des critères raciaux ou ethniques dans des zones géographiques délimitées.
Cette politique de séparation fut mise en place en 1948 par le Parti National. Ce scindement ne s’est pas fait en un jour et lescirconstances historiques nous l’ont prouvé.
L'apartheid tire sa base idéologique dans le mouvement identitaire afrikaner.
La construction d'un groupe homogène afrikaner s'est globalement appuyée sur la langue afrikaans et sur la doctrine du calvinisme qui distinguait un peuple élu et les autres. Sous la domination britannique, l’enseignement de l’afrikaans est interdit, ce qui aura pourcorolaire la création d’écoles privées gérées par les Afrikaners. Cela fournit alors un terrain propice au cloisonnement linguistique, historique et culturel.
La ségrégation raciale existait bien avant l'établissement l’Union sud-africaine, elle fut mise en œuvre de façon moins doctrinaire et moins légaliste dès 1652 introduisant le confinement spatial des non-Blancs dans les zones rurales du Capavec pour but de réduire la dangerosité sociale. Le caractère généralisé de la ségrégation était démontré uniquement par des règlements empiriques tels que les Pass laws, adoptés dès 1809 dans la colonie du Cap.
En 1910 est créée l'Union d'Afrique du Sud qui rejoint les dominions du Commonwealth. Les premières lois ségrégationnistes au niveau national sont adoptées.
Néanmoins ces mesures nes'inscrivent pas dans un projet dogmatique cohérent mais plutôt comme une réponse à l'interaction croissante entre Blancs et Noirs.
Dès le début du 20ème siècle, les théories du darwinisme social et du racisme scientifique inspirent alors un grand nombre d'intellectuels sud-africains de l'époque et, prétextant de la supériorité des Blancs, l'une des recommandations de la commission présidée par SirGeofrey Lagden préconise la création de réserves indigènes à travers toute l'Afrique du Sud.
En outre, en 1936 les années fastes d’après la première guerre mondiale sont terminées, l'économie sud-africaine qui repose sur l'exportation de matières premières est très fortement affectée par les turbulences mondiales.
S’ajoute au contexte social affaibli la grève meurtrière de 1920 et l’insurrectiondes mines de charbon de 1922, évènements qui « obligent » le gouvernement à adopter une loi règlementant la présence des Noirs en centre-ville. Ainsi en 1923, le Native Urban Areas Act, « loi sur les régions urbaines indigènes » marque le début de ce que l’on nomme aujourd’hui les « townships » .
Barry Hertzog, élu au gouvernement en 1936 et Jan Smuts, vice premier ministre, comprennent l'utilitéde fédérer les aspirations des Blancs. Barry Hertzog obtient en 1936 la radiation des électeurs noirs des listes électorales dans la Province du Cap. Il reste donc aux Noirs le droit d'élire de façon séparée trois représentants blancs à la Chambre.
Par ailleurs, un collège noir est instauré dans chaque province pour désigner chacune un sénateur blanc. Cette mesure constitue un alibi pouraccentuer l'exclusion des Noirs ruraux. Les organisations noires ne s'y trompent pas qui unissent leurs forces pour l'occasion, mais en vain.
Ainsi, peu à peu, la ségrégation raciale et ethnique s’est installée en Afrique du Sud.
Mais comment est-on passé d’une idéologie raciste à un corps de lois divisant les populations suivant leur race ? Quelles sont les normes qui ont promulgué que le statutsocial dépendaient du statut racial de l'individu ?
En somme, quel fut le rôle des normes dans l’apartheid en Afrique du Sud ? Comment ont-elles été contestées ?

Chapitre I : Les normes instigatrices

Le juge J. Van Winsen dans l’arrêt de la Cour suprême d’Afrique du Sud Mohamood v. Secretary of the Interior de 1974 : « La décision de classification d’un individu est, selon les lois de ce...
tracking img