Nos sens sont-ils suffisants pour nous fournir toutes nos conaissances

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3730 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir de philosophie n°1

Sujet : Les sens sont t’ils suffisant pour nous fournir toutes nos connaissances ?

« Les sens » ,outils de l’esprit dans son rapport a la réalité, semblent être la fonction de notre part au monde la plus précoce, la plus naturelle et la plus universelle…En effet, dès la naissance, avant même que nous puissions nous déplacer, ou entreprendre unequelconque investigation, le monde s’avère se donner de lui-même a nous, se rendre présent en nous, sans que nous ayons le moindre effort à pourvoir : Nous sommes en relations avec celui-ci et avec nous même, de par la sensation, à la différence des situations où nous nous efforçons d’enquêter sur ce monde qui nous entoure, où nous tentons de l’aborder de manière technique et scientifique avec de plus,de nombreux principes d’organisation. De plus, nous partageons ces sens avec les animaux, et même parfois, avec la flore grâce à la pureté de cette réceptivité, de cette passivité…Il est donc indéniable que les sens ns fournissent des connaissances, et cela de la façon la plus primitive ,la plus simple ,la plus ancestrale et la plus constante qu’il soit…Mais plusieurs définitions se partagent leterme de « connaissance », et leurs nuances pourraient considérablement altérer la confiance que nous pouvons nous permettre d’ accorder à l’expérience sensible… Ceci dit il faut se demander si certaines fonctions de l’esprit, telles que l’intellect, la raison, l’instinct et la réflexion ne méritent t’elle point que l’on admette leur rôle dans l’acquisition de nos connaissances ? Il est doncprimordial de s’interroger sur les multiples natures de ces connaissances, puis de se demander si les sens seuls sont capables malgré leur caractère nécessaire de nous fournir toutes les connaissances que nous propose la vie.
Si par connaissance nous entendons tout ce dont nous avons eu connaissance, ce que l’on nous a raconté, enseigné, conseillé, tout ce que nous n’ignorons point, bref,le terme au sens large, alors il faut admettre que les sens seuls, seraient insuffisants pour nous les procurer toutes. En effet, bon nombre de nos connaissances sont forgées en notre esprit de par l’éducation, la lecture, les représentations graphiques, les signes langagiers, plus communément appelés « mots », ou encore par la tradition, la religion, la culture personnelle, voire l’imagination…Ilnous serait très difficile d’être nous même témoin de ces innombrables choses que nous apprenons chaque jours, ce qui nous contraint alors à nous dispenser de « voir » les choses, pour les « croire » . De plus, si nous sommes capables de distinguer un arbre et une fleur, nous n’aurons pas forcement la capacité intellectuelle d’analyse nous permettant de distinguer la rose de l’iris, et le sauledu peuplier…C’est à ce moment la qu’intervient le « logos » de manière utile, car il nous permet d’apprendre petit à petit à distinguer, comparer, critiquer, nommer : Connaitre revient alors à reconnaitre. Ce qui pose alors problème, c’est qu’il faut faire confiance à la source de ces connaissances, qui nécessiterait un apprentissage énormément plus long, si nous devions en faire nous mêmel’expérience sensible. Aussi, bon nombre d’entre elles, touchant notamment à notre formation première, notre « savoir-vivre » sont assimilées par l’esprit, de par le contact, l’immersion au sein de la société, de la communauté dans laquelle nous vivons. Pourtant, malgré le fait qu’elles puissent tenir un rôle très déterminant dans nos choix de vie, nos gouts, nos craintes, notre morale, nos désirs et notreamour, nous en avons à peine conscience…Tout cela laisse à penser qu’il existe trois sortes de connaissances : Premièrement la connaissance objective, prouvée, démontrée, ne pouvant être que la même pour tout le monde, autrement dit, universelle ; Deuxièmement, la connaissance par l’expérience sensible, et par le contact, ne recherchant pas l’objectivité, car prenant en compte le jugement...
tracking img