Note de lecture de berthelot "science et moral"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1693 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
De tout temps l'homme s'est posé des questions sur la nature, sur la vie, sur lui-même... Son besoin de connaissance est immense et ne cesse d’augmenter. Dès qu'une question est résolue, une autre, dix autres surgissent. Cependant pendant des siècles, les réponses à ces questions étaient uniquement des certitudes d’origine mystérieuse, transmises religieusement de génération en génération.
Apartir de la Révolution française, on assiste à une déchristianisation profonde. On ne cherche plus uniquement le « pourquoi » des choses mais le « comment ». On souhaite décrire, expliquer les lois de la nature. Les différentes découvertes dans de nombreux domaines permettent d’expliquer des points de l’Histoire qui étaient à ce jour caractérisés d’inconnaissables ou définis comme « des absolues »par la religion. « Les conceptions imaginatives et mystiques » se substituent à la conception scientifique, fondée sur la connaissance expérimentale des choses. On commence à distinguer la science et la religion. C’est dans ce contexte que Berthelot écrit en 1895 La Science et la morale. Pierre Eugène Marcellin Berthelot (1827-1907) est un chimiste, essayiste, historien des sciences et hommepolitique français. Dans ce texte, Berthelot parle des liens entre religion, science et morale. Nous pouvons nous demander quels liens existent entre ces trois notions. L’auteur souhaite « montrer que les règles directrices de la vie humaine ne sont pas empruntées aujourd’hui, qu’elles n’ont jamais été empruntées en réalité, à des révélations divines ». Il explique d’abord comment la science et lareligion ont pu être confondues, puis il parle de la méthode scientifique unique. Enfin il explique la corrélation entre science et morale.
De nos jours, nous avons acquis un certain recul, ce qui nous permet de comparer l’évolution prédit par Berthelot et celle que l’on connaît. En effet, on remarque que la science, par ses méthodes, sa rigueur, son humilité, puisque celle-ci ne prétend pas donnerdes réponses immuables ou des certitudes, par ses résultats concrets et vérifiables expérimentalement, donne des réponses qui sont quasi universellement admises. Les domaines couverts par la science sont de plus en plus larges, ce qui oblige les religions et la métaphysique à se repositionner régulièrement par rapport à elle. Nous pouvons nous demander ce qu’il en est de la morale. Nous allonsd’abord définir la morale, puis nous étudierons l’évolution de la morale par rapport à la science et pour finir nous verrons la conception de la morale de nos jours.

« L’homme est un loup pour l’homme », selon Hobbes. La nature profonde de l’homme est son instinct de survie. Celui-ci est le même pour tout homme où qu’il soit. Berthelot prend l’exemple de « la solidarité » qui est un «des instinctsfondamentaux ». Au cours des temps, cet instinct a été élaboré et finalisé. L’homme s’est ainsi posé des règles de conduite et des valeurs afin de faire le bien, d’améliorer la vie en société. Ces règles forment la morale. Le respect, la solidarité, la fraternité, le devoir... sont des valeurs universelles qui composent la morale. On peut parler de morale universelle.
Mais lorsqu’on étudie lesdifférentes cultures, on s’aperçoit que les règles qui définissent un code de vie et cet état de conscience, varient de façon plus ou moins grande. L’ensemble des mœurs et des théories morales d’une société peut différer. Il semble qu’il existe plusieurs morales, et que les notions de bien et de mal soient relatives à chaque société. Pour confirmer ces différences, prenons un exemple concret.Dans la culture asiatique, il est courant, connu et normal pour un homme riche de se marier avec une femme et d’avoir une maîtresse. Cette pratique n’est pas reconnue comme morale dans la société européenne. Un européen qui aurait une femme et une maîtresse serait considéré comme un homme immoral. Difficile de se conforter à une morale universelle. Il existe une multitude de cultures qui...
tracking img