Notes de cours criton

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4969 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Les extraits du livre de É.Weil dont on s’inspire ici n’ont pas été photocopiés; le texte présente un certain nombre de difficultés. Quelques extraits ont été reproduits dans les notes qui suivent; une explication détaillée du texte demanderait trop de temps. Nous considérerons pour les fins de notre cours, bien que ce ne soit pas historiquement tout à fait exact, que la positionde É.Weil représente celle de Platon; É.Weil se réfère du reste explicitement au cas de Socrate, et certaines de ses affirmations peuvent être lues comme renvoyant au comportement que Socrate dans l’Apologie dit avoir adopté en certaines circonstances. Cette assimilation du point de vue de É.Weil à celui de Platon n’est donc pas tout à fait arbitraire.

Ce détour par É.Weil ne signifie donc pasqu’on s’éloigne de Platon et du dialogue du Criton.

Le problème est de savoir pourquoi il ne faudrait pas s’évader si c’est là le seul moyen d’échapper à la mort alors même qu’on estime être victime d’un jugement injuste.

1- La loi : dissociation de la forme et du contenu; la notion de « légalité »

Bien que É.Weil développe à bien des égards un point de vue propre ou encore teinté parl’influence de philosophes postérieurs à Socrate et à Platon, pour les besoins du cours nous allons considérer que ce que É.Weil affirme constitue le point de vue de Platon lui-même. --- Ce n’est pas de manière rigoureuse tout à fait exact, mais dans la mesure où cela peut permettre d’éclairer le discours de Socrate, on peut considérer que c’est approprié.

Le point de vue de É.Weil se connectedirectement du reste avec ce qui a été vu dans la dernière partie de l’Apologie de Socrate. Il y était expliqué que si le philosophe Socrate considère que le plus important dans la vie humaine, c’est de s’entretenir de la vertu, c’est en tant que cette pratique permet de s’élever à l’universel (recherche de la « définition »), mais que cette recherche est en fait une préparation consistant àréaliser que l’universel se trouve en fait dans la parole elle-même (et donc qu’il y a en un sens une « illusion » dans la croyance que les définitions recherchées pourraient être trouvées) : l’universel n’est pas « devant » nous, dans des « définitions » susceptibles d’être « captées », il ne se saisit que par un retour réflexif où l’on comprend qu’on cherchait en un certain sens au mauvais endroit.L’universel était dans la parole avec laquelle on croyait pouvoir saisir l’universel, comme si celui-ci était quelque chose différent de la parole. --- C’était là l’idée de la « conversion du regard ».

Dans la mesure où déjà l’universel se révèle comme niveau de connaissance distinct de celui de la connaissance des choses sensibles, on peut donc dire que le philosophe (Socrate/Platon) accède à unecompréhension intellectuelle de l’homme; il accède à la compréhension de l’homme comme « être raisonnable ».

(« Être raisonnable » ne signifie pas ici « être capable de se faire une raison », de s’accommoder de ce qui n’est pas tout à fait conforme à ses désirs, --- bien qu’il y ait une certaine connexion ---, mais « être capable de pensée abstraite »).

Dans la mesure, maintenant, où ilreconnaît que l’universel est dans la parole elle-même, le philosophe ne pourra pas considérer que la justice peut se définir « objectivement », c’est-à-dire : comme un objet « intellectuel » sur lequel la pensée se dirigerait. La recherche de la « définition » de la justice relèverait d’un niveau de connaissance plus avancé que la réflexion qui en resterait à la désignation immédiate de lois justes,mais ne constituerait pas le degré ultime de la connaissance. (S’il en est ainsi, cela signifie qu’il n’y a pas de loi qui puisse être tenue juste « en soi », de manière objective).

De la même façon que nous pouvons distinguer, abstraitement, la parole elle-même du contenu de la parole, nous pouvons maintenant distinguer la loi en elle-même du contenu de la loi.

Ce n’est pas pour le...
tracking img