Notion du politique-carl schmitt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1269 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Carl Schmiit, Flammariond, 1932, 332 p. (pages 54-127)
Carl Schmitt est né le 11 juillet 1888 dans une petite ville d’Allemagne, Plettenberg, dans une famille nombreuse et catholique. Schmitt a vécu dans le temps de la première Guerre Mondiale, il a donc eu une expérience de guerre très marquante. En 1915, il s’engagea dans l’infanterie mais dû interrompre son apprentissage car il se blessa auxvertèbres. En 1916, il devient sous-officier à l’administration. Finalement, en 1918, il est nommé officier d’intendance et reçoit également la Croix de Guerre de deuxième classe.
Il fut un temps partisan du nazisme, mais décida de se retirer rapidement de ce parti, principalement parce qu’on l’accusait d’être opportuniste. Étant un conservateur catholique, son antisémitisme venait del’antijudaïsme religieux historique chrétien, et non du racisme. D’ailleurs, son éducation catholique se fait sentir dans son texte La notion politique, à cause des maintes références religieuses tout au long du texte.

Dans un de ses célèbres textes, La notion du politique, Carl Schmitt traite de l’essence du politique. À travers le passage que nous avions à lire, Schmitt tenta de démontrer ce quiconstituait et ce qui définissait le politique. Pour cela, il définissa une grande prémisse, qui est la discrimination de l’ami et de l’ennemi, et qui relie plusieurs autres caractéristiques qui définissent l’essence de la politique, dont le droit de la vie et la mort sur les hommes, la violence (la guerre) et la bipolarité entre l’éthique et l’économie.

Il commence tout d’abord à décrire ladistinction entre l’ami et l’ennemi. Cette distinction a un sens bien précis. Elle permet de mieux comprendre le degré d’union et de désunion.
L’ennemi, n’est pas nécessairement négatif dans les ordres moraux, esthétiques ou économiques. Il est seulement l’adversaire, «l’autre, l’étranger» (page 64). Cet ennemi, doit être une «ensemble d’individus groupés, affrontant un ensemble de même nature et engagédans une lutte pour le moins virtuelle» (page 67). Cependant, puisque l’ennemi n’est pas vu dans le sens psychologique du terme, mais bien au sens politique, il n’implique pas une rancœur ou une antipathie personnelle, ce qui est différent du terme utilisé dans la vie privée.
Ce concept d’ennemi, laisse directement pensé à une lutte et par là, à de la violence. Cette lutte n’est autre qu’uneguerre, qui est défini tel qu’une «lutte armée au sein d’une unité politique.»(page 70) Par-là, on comprend que la notion d’ami-ennemi entraine des luttes, qui sont des guerres, et que celles-ci engendre la mort physique. Il est aussi a noté que tant que la notion d’ennemi garde son sens, la guerre reste un fait réel. La guerre n’est, cependant, pas l’objectif du politique, mais elle détermine lecomportement politique.
La discrimination entre ami et ennemi est un grand déterminant de la politique. Tellement, que si cette discrimination n’existerait pas, il n’y aurait pas de politique. S’il n’y a aucun antagonisme possible, il n’y aurait aucune raison valable pour demander à des humains de sacrifier leurs vies et de tuer d’autres hommes. La guerre n’est pas un déterminant du politique,cependant, la notion politique se fonde sur la discrimination ami et ennemi. Donc, si un peuple se manifeste contre la guerre et ne veut pas y participer, et ne veut pas non plus, par quelconque moyen, prendre le pouvoir, l’unité politique n’existera plus.
Avec la notion de guerre et de lutte, vient le droit de vie et de mort. On ne peut pas demander à un homme d’enlever la vie à un autre, dans unesociété dont la raison d’être est l’économie. Pour se battre, il doit y avoir un ennemi contre lequel on se bat. Cette distinction relève au peuple, qui existe dans une sphère politique. Cette liberté de séparation de statut ami-ennemi, lui vaut le titre de peuple politiquement libre. Dès lors qu’il se laisse imposer cette distinction par un être extérieur, il perd leur liberté politique....
tracking img