Notions de philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1451 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Culture

En un sens général, la culture est l’ensemble de tous les produits humains dans le domaine des arts, de la connaissance et des comportements. Selon cette définition, il faut considérer que tout homme est cultivé, puisque en tant qu’être social, il reçoit nécessairement une éducation qui le conduit à parler une langue, poser certaines valeurs et avoir des croyances. L’usageencyclopédique que l’on’ fait parfois de cette notion ne doit donc pas nous égarer sur son caractère d’abord anthropologique : l’homme est un être de culture, quelle que soit la pauvreté de son savoir ou l’apparente sauvagerie de ses pratiques. Par ailleurs, la culture est aussi la négation ou la transformation du donné naturel brut. Autrement dit, on doit distinguer la culture de la nature parce que lapremière implique une diversité, une histoire et une éducation, là où la seconde relève seulement de ce qui est inné et immédiatement partagé par tous. Par exemple, la reproduction est naturelle comme phénomène biologique, mais la sexualité est culturelle, puisque les pratiques sexuelles sont liées à des usages et des représentations sociales.

Échange

L’échange désigne l’acte parlequel plusieurs individus opèrent une transaction, se rendent ou se prêtent des biens, ou encore, ont recours à des prestations réciproques. L’échange implique une contrepartie, il relève sinon du don gratuit dont il doit être distingué puisque rien n’est proposé ni attendu en retour. Cette distinction n’implique toutefois pas une opposition fermée et l’on peut même voir dans le don l’amorce d’unéchange social. C’est ce que montrent en particulier les analyses de l’ethnologue Marcel Mauss qui, à partir de pratiques courantes chez certaines tribus amérindiennes, conclut qu’il existe un échange différé à travers le don. Chez ces peuples, donner présente un caractère très paradoxal puisqu’il s agit à la fois d humilier et de prendre un ascendant sur celui qui, contraint d’accepter le don, reçoitpar là même une sorte de cadeau empoisonné. Il lui faudra alors entrer dans une logique d’augmentation progressive de ses propres dons pour reconquérir une position sociale menacée ou retrouver un prestige perdu. Dans les sociétés économiquement plus complexes, l’échange des biens de consommation est régulé par la monnaie. Il s’agit alors de le faciliter en dépassant les limites du simple troc.Aristote appelle chrématistique la perversion de l’échange monétaire dont le seul but est l’accumulation de richesses et la spéculation.

Langage

Au sens large, le langage désigne tout système de communication vocal, graphique ou encore gestuel. Il constitue un thème de prédilection pour la philosophie qui s’interroge par exemple sur son rapport aux choses, ses conditions ou sa structureet l’ordre logique dans lequel il doit se déployer pour émettre des propositions valides. Bien que l’on attribue parfois abusivement u langage aux animaux, il faut, en toute rigueur, réserver cette faculté aux hommes ou tout au moins préciser sa spécificité. Traditionnellement en effet, le langage est lié à la pensée comme le montre le double sens du mot grec logos, désignant à la fois la «raison » et le « discours ». Aristote opposait ainsi le terme phonè, c’est-à-dire, la « voix » ou le « cri » qui permet de manifester plaisir ou souffrance, au langage proprement humain dont l’usage déterminé le caractère politique de notre espèce. Par lui en effet, nous posons des valeurs et nous délibérons.
Le langage comme faculté d’exprimer et de mettre en forme ses pensées se déploie à lafois dans cadre de la langue et de la parole. La langue est l’ordre des signes propres à un même groupe linguistique (par exemple, la langue française ou anglaise), la parole est l’appropriation individuelle qui permet son évolution. C’est ce qui explique qu’une langue qui n’est plus parlée soit morte. Mais, tandis que la langue ne saurait être une histoire sans parole, la parole ne peut être...
tracking img