Notions de sociologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6496 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
NOTIONS DE SOCIOLOGIE

L’idée de société

On dit généralement que la sociologie a pour objet « la société. » Mais il n’est pas aisé de définir ce que l’on appelle la société au-delà du fait qu’il s’agit d’une représentation et d’une construction intellectuelle correspondant largement à des États-nation. Dans une large mesure, on peut considérer que les sociologues ont d’abord été lesphilosophes sociaux qui ont construit l’idée de société au moment où se formaient des États-nation industriels, démocratiques et modernes. Il est sans doute nécessaire de s’interroger aujourd’hui sur l’actualité et la pertinence de cette représentation de la vie sociale au moment où la globalisation transforme considérablement les cadres de la vie économique, politique et culturelle. Cependant, cetteconstruction intellectuelle est associée à une série de concepts et de notions que les sociologues continuent à utiliser et que ce cours essaiera de présenter en montrant comment ils font système, comment chaque concept renvoie aux autres. Ces concepts peuvent être définis comme des outils permettant de répondre aux quelques grandes questions qui ont fondé la sociologie et qui perdurent aujourd’hui,même quand les réponses à ces questions ne sont plus les mêmes.

1. Comment définir et expliquer le changement social ?

Dans la mesure où l’idée de société s’oppose à celle de communauté, elle est attachée au thème de la modernité et la sociologie a construit plusieurs récits de la modernité qui s’entremêlent sans cesse dans la pensée sociologique, de ses origines à aujourd’hui.

2. Quelleest la morphologie, la structure, des sociétés ?

La modernité capitaliste a engendré des ensembles complexes composés de groupes et de classes sociales qui forment à la fois une structure inégalitaire et un système de rapports sociaux qui unissent et séparent les individus. Comment les définir ?

3. Pourquoi les sociétés tiennent-elles ?

Les sociétés sont des ensembles organisés danslesquels s’exercent des relations de pouvoir reposant sur des formes de domination plus ou moins légitimes. Comment fonctionnent les organisations ?

4. Pourquoi des individus singuliers et « libres » forment-ils une société ?

Les sociétés sont composées par des individus agissant, le plus souvent, de façon autonome, mais agissant aussi de manière coordonnée et prévisible. Cette coordination assureune certaine intégration sociale à travers des mécanismes de socialisation et de contrôle social.

Il restera à se demander si les représentations de la vie sociales organisées autour de ces interrogations, et qui constituent ce qu’on peut appeler la sociologie classique, forment toujours une représentation acceptable et pertinente de la vie sociale. Mais avant de se poser cette question, encorefaut-il connaître les cadres qui ont fondé le vocabulaire de la sociologie.

I – Les récits de la modernité

Le XIXème siècle, qui a vu naître la sociologie, a été dominé par trois grandes ruptures : la rupture révolutionnaire qui a rompu avec les légitimités sacrées et les ordres traditionnels ; la rupture démocratique qui a fait de l’individu le cœur et de but de la vie sociale ; la ruptureindustrielle capitaliste qui a changé la division du travail et formé les classes sociales. La sociologie a consisté à se demander comment ces ruptures souvent radicales pouvaient cependant engendrer un ordre social stable, ce que les sociologues classiques ont appelé la société. La société se forme à la conjonction de trois grands récits de la modernité qui se mêlent le plus souvent mais qu’ilimporte au aussi de distinguer.

1 – La division du travail

Plusieurs sociologues ont construit un récit du changement à partir de l’idée de division du travail et de la complexité croissante de la vie sociale. Parmi ces couples d’opposition on retiendra celui de la « communauté » et de la « société » emprunté à Tönnies et celui la solidarité « mécanique » et de la solidarité « organique »...
tracking img