Nourrir les hommes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1673 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1: DES HOMMES DE PLUS EN PLUS NOMBREUX A NOURRIR

1.1: Pouvons-nous les nourrir?

La population mondiale a été multipliée par 2,5 depuis 1950 et a même triplé ou quadruplé dans de nombreux pays en voie de développement.

Le recul de la mort qui a commencé en Europe au 19ème siècle est depuis, un phénomène mondial. Bien-sûr l'espérance de vie est plus fortedans les PID, autour de 80 ans alors que dans les PED elle n'est que de 65 ans. Mais la baisse est présente partout. Parallèlement la natalité a baissé avec un gros fléchissement depuis 1970 même si là encore les taux de natalité des PED sont bien plus forts que ceux des PID.
Globalement le taux d'accroissement naturel mondial est en baisse: vers les années 60, la population mondiale augmentaitde 2% par an. Depuis 1990 il n'est plus que de 1,5. Donc la population mondiale s'accroit inexorablement avec une prépondérance dans les PED mais les prévisions pessimistes des 10 milliards d'habitants en 2000 ne se sont pas réalisées.
Le problème reste entier: peut-on nourrir tous ces hommes?

Voyons des chiffres concrets: la ration alimentaire est estimée à 2400 calories par jour et parpersonne. C'est un niveau moyen qui a été atteint à la fin des années 60. Actuellement la ration théorique de chaque humain de la terre est de 2800 calories. Mais la ration réelle varie entre 1600 calories en Erythrée ( Afrique) à 3700 calories aux Etats-Unis.

Même la Chine et l'Inde qui ont gagné pourtant 700 et 650 millions d'habitants assurent une bonne sécurité alimentaire à leur population.C'est à dire qu'ils peuvent proposer une nourriture suffisante et satisfaisante sur le plan biologique. Les grandes famines ont disparu dans les années 60 et les crises alimentaires actuelles sont limitées à certaines régions et à certains conflits.
1.2: Des progrès inégaux:

L'amélioration de la situation alimentaire n'a pas profité à toutes les régions dumonde. La ration moyenne par habitant reste insuffisante dans une cinquantaine de pays ce qui donne 800 millions de personnes souffrant de sous-nutrition. Les pays qui souffrent de sous-nutrition ont connu une forte croissance de leur population accompagnés de moindres progrès agricoles, comme en Afrique subsaharienne.
Face à eux les pays riches qui ont une ration alimentaire bien souvent excessive.Ils sont ceux qui produisent en plus les surplus alimentaires qui permettraient de nourrir les pays déficitaires. On estime à 50 millions de personnes le nombre de ceux qui souffrent de malnutrition c'est à dire que la ration calorique est suffisante mais les éléments nutritifs nécessaires à une bonne santé , font défaut.
Il faut continuer à améliorer les rendements des céréales qui restent labase de l'alimentation. La production mondiale de céréales a été multipliée par 3 depuis 1960.
Dans les pays riches où la population stagne et vieillit la consommation de nourriture peut se stabiliser; par contre dans les pays pauvres où la population s'accroit encore et qui n'ont pas les moyens financiers d'importer ce qui leur manque, la question alimentaire reste un vrai problème.
Il fautprévoir d'être capable de faire un croquis de géographie simplifiant l'inégalité alimentaire dans le monde....

2: PRODUIRE PLUS ET MIEUX: L'ENJEU DE L'AGRICULTURE

2.1: La grande diversité des sytèmes de production

L'agriculture vivrière que l'on rencontre en Afrique, en Amérique latine et en Asie du sud. Elle est l'agriculture classique de millions de paysansqui vivent en autarcie.
L'élevage nomade qui concerne des petits groupes qui se déplacent sur de longues distances au gré des pluies. Leurs échanges se réduisent à quelques produits et ces groupes suivent une diagonale qui va de l'Asie centrale au Sahara. La sédentarisation et les conflits armés ont réduit leur nombre.
L'agriculture de subsistance est juste au-dessus de l'agriculture vivrière....
tracking img