Nourrir les hommes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2478 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Synthèse de géographie sur :
« Nourrir les Hommes »

• Comment nourrir 6 milliards d’hommes et à quel prix ?

I- Introduction

Au début du 21ème siècle, la terre peut-elle nourrir l’ensemble de ses habitants, voilà la question qui se pose à nous. L’explosion démographique depuis le 19ème siècle nous a fait passer de 1 milliard d’individus dans le monde vers 1820 à 2.5 milliards en1950 pour arriver à 6 milliards en l’an 2000 et bien que plus lente la croissance de la population est toujours vraie aujourd’hui. D’où les problèmes soulevés liés à l’agriculture et à l’alimentation :
• Il faut pouvoir garantir une alimentation en quantité suffisante et de bonne qualité (pourtant la famine et la malnutrition existent toujours).
• Remettre en question les pratiquesagricoles qui entraînent une dégradation des sols périlleuses, revoir le problème de la gestion des sols, des ressources en eau et de la sauvegarde de l’environnement.
• Et enfin peut-être envisager de changer de type d’agriculture, que penser des OGM, de l’agriculture biologique, serait-il souhaitable de renoncer à l’agriculture productiviste.
A l'échelle de la France, le nombre d'agriculteursa diminué. Il ne reste actuellement que 650 000 exploitations dont 400 000 réelles c'est à dire moins de 3,5% de la population active. Le nombre de ménages d'agriculteurs décroît de la même façon.
Mais à l'échelle mondiale, 46% de la population active mondiale est encore composée d'agriculteurs, " un des plus vieux métiers du monde ". Le nombre d'agriculteurs a augmenté.
1968 : 900 millions 1998: 1,3 milliard sources : FAO (Food and Agriculture organization)
La surface cultivée restant depuis près de deux décennies à peu près stable, la surface cultivée par agriculteur a diminué.
Dans les pays développés le nombre d'agriculteurs diminue en opposition avec la situation des pays en voie de développement.

1- L’évolution des surfaces cultivées

En France comme enEurope les surfaces cultivées diminuent, les productions sont excédentaires. On pourrait donc y envisager de diminuer la production. Mais à l'échelle mondiale, deux milliards de personnes sont mal nourries et 800 millions sous alimentées, il faut donc augmenter la production et poursuivre l'intensification des rendements.
La répartition des terres cultivées dans le monde est inégale. La surface decelles-ci atteint 1500 millions d'hectares dont 275 millions de terres irriguées (18%) qui fournissent 40% de la production agricole mondiale.
15 millions d'hectares sont gagnés chaque année par le défrichement de forêts tropicales ou de savanes en particulier au Brésil, en Indonésie et en Afrique noire.
Dans le même temps de 14 à 16 millions d'hectares, de terres arables sont perdus chaque annéepar suite :
- du développement de l'urbanisation et des infrastructures de transport (7 à 8 millions d'hectares par an, souvent des terres très fertiles comme à Roissy )
- de l'érosion des sols, exemple : les ex -Terres Vierges de l'ancienne U.R.S.S., les Grandes Plaines des États - Unis,
- de la salinisation des sols, exemple : Moyen - Orient, Pakistan.

Entre 1968 et 1994, lasurface agricole utile a augmenté de 9% dans le monde, la population mondiale de 58%. La croissance de la production agricole a été toutefois un peu supérieure à celle de la croissance de la population par suite d'une forte augmentation des rendements. La production agricole peut permettre de nourrir six milliards d'hommes mais les inégalités sociales et géographiques expliquent les difficultés.2- La nécessité de poursuivre l’intensification des rendements

Le développement de l'irrigation posera dans l'avenir des problèmes. Les terres irriguées se localisent principalement en Asie. Les ressources en eau en l'an 2000 présentent une situation satisfaisante sauf au Proche Orient et dans le nord de l'Afrique.
Pour 2025, les prévisions sont plus pessimistes. L'Inde, la...
tracking img