Nourrir les villes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2073 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-1fiche: nourrir les villes

Les nourritures urbaines: essai sur une alliance vitale, au fil du temps et des espaces.

Épisodes de pénuries alimentaires qui jalonnent l'histoire urbaine, réapparue récemment au Caire ou à Dakar par exemple. 1er hypothèse: les populations dépendent du monde rural, qui disposent à priori d'une certaine autonomie. Néanmoins les données quantitativescontredisent ce genre d'explication, car plus de 70% de la population sous alimentée de pays sous développé est rurale. C'est en milieu rural et non dans les villes que le taux est le plus catastrophique. Résultats de différents facteurs: difficultés d'approvisionnement liées à l'enclavement, à des aléas climatiques, à des conflits locaux, ainsi qu'à un ensemble de déterminants comme la faible productivitéagricole des pays en développement, liée à l'accès à la terre et à l'eau. S'y ajoute la grande variabilité des cours des produits agricoles, ainsi que les stratégies et les subventions des grands pays exportateurs. De plus, de nombreux états ont une préoccupation gouvernementale prioritaire est d'assurer aux agglomérations urbaines, d'y maintenir la paix sociale, poids démographique en progression.Il faut souligner également que de nombreux pays développés ou émergents ont un faible intérêt étatique, pour la préservation de leur secteur agricole, avec leur laisser faire en matière d'étalement urbain, donc de disparition d'espace agricole, comme en Égypte ou au Maghreb.
A l'échelle mondiale, la masse de production agricole peut répondre aux besoins alimentaires basiques de toute lapopulation, théoriquement.
Le thème spécifique de l'approvisionnement alimentaire des villes est peu abordé. C'est une géographie sociale contemporaine.

1) Une demande en profonde transformation avec l'élévation des niveaux de vie
L'alimentations urbaine connaît un maximum de mutations depuis un demi siècle dans l'ensemble des pays développés et ces évolutions gagnent ailleurs, dans les paysémergents.
2 déterminants qui pèsent sur l'évolution des besoins et de la demande:
-le dynamisme démographique de chaque ville qui génère une pression quantitative, mais qui peut se diversifier qualitativement. Par ex, les effets de vieillissements de la population ou encore les villes touristiques, intensification des flux migratoires sud nord avec la création de minorités ethniques urbaines,attachées au maintien de leurs pratiques et rythmes alimentaires dans les villes d'accueil.
-le pouvoir d'achat est le second déterminant, il faut aussi prendre compte de la précarité urbaine, notion de "ville duale", avec par ex en France l'identification de quartiers dits "sensibles". Au RU, en 2007, on compte 2 millions d'enfants vivant sous le seuil de pauvreté.
Dans tous les paysdéveloppés, le rapport ville alimentation est dominé par les mutations des modes de vie et des comportements, tant individuels que collectifs. 3 causalités majeurs: dissociation croissante entre lieu de résidence et lieu de travail et recours à des modes de restauration; la généralisation du travail salarié féminin et la substitution des aliments surgelé, préparés ou en conserves à la préparation desrepas; la pression du temps, l'hyper mobilité et les dépenses de confort qui entraînent un déclin du poste alimentaire dans les budgets familiaux. Foisonnement sur le plan alimentaire d'un foisonnement, de tendances et de modes. Ex: perspective de solidarité internationale, commerce équitable.
L'émergence et la diffusion de ces nouvelles demandes et pratiques alimentaires urbaines, qui émanent,généralement, des catégories sociales les plus aisées, irriguent les autres segments de la population, puis le monde rural.
Le cas des pays peu développés n'échappent pas à ces évolutions, mais selon des temporalités plus longues et des écarts considérables de comportement entre celui d'une minorité aisée et celui d'une masse, encore proche du seuil de pauvreté.

2) Les réponses des secteurs...
tracking img