Nouveaux théâtres, nouveaux languages

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (711 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Nouveau théâtre, nouveaux langages

Au milieu du XXe siècle après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les gens prennent conscience de la différence entre les principes et les actes. C’est dansce contexte que né le Théâtre de l’Absurde, ou Nouveau Théâtre, qui se situe à la frontière entre deux genres : le théâtre et l’essai. Les pièces qui s’inscrivent dans ce mouvement (Beckett, Ionesco…)sont en réalité des réflexions sur la condition humaine, mais déguisées sous une mise en scène et des dialogues absurdes. Un nouveau langage apparaît alors : celui du corps.

I – Le dramephilosophique
Le registre de ces œuvres est une confusion entre le comique et le tragique. Ionesco a dit, en parlant du Théâtre de l’Absurde, « sur un texte burlesque un jeu dramatique ; sur un textedramatique un jeu burlesque ». D’abord, il est comique, grâce aux non-sens : les personnages sont en perpétuel quiproquo, malentendus, comme dans La Cantatrice Chauve (Ionesco) lors du face à face entre MmeMartin et M. Martin « Comme c’est curieux ! Ma place aussi était dans le wagon numéro 8 … ! ». Les deux personnages sont mariés et ne se reconnaissent même pas. Cela est dû à une difficulté decommunication entre les personnages : la parole est futile car elle ne sert qu’à combler le silence, il n’y a donc plus de conversations construites, ou peu. Le côté tragique vient du thème récurant de cespièces qui est la condition humaine mais aussi des dénouements, tragiques en restant comiques, comme dans En Attendant Godot : Estragon et Pozzo veulent mourir en même temps mais finalement yrenoncent car ils n’ont qu’une seule ceinture pour se pendre à l’arbre.

II – Bouleversement des codes théâtraux
Les auteurs du Théâtre de l’Absurde tels que Beckett et Ionesco créent un théâtre nouveaude par sa construction. Premièrement, le raisonnement logique disparaît complètement au profit du raisonnement discursif. En effet, les idées sont mises pêle-mêle dans la bouche des personnages, et...