Nouvel ordre mondial

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2173 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
à la recherche d’un nouvel ordre mondial

I - De la « guerre fraîche » à la fin du monde bipolaire (1979-1991)
Dès l'invasion de l'Afghanistan, le président Carter prend des mesures de représailles contre l'URSS.

A. la reprise des tensions
Les États-Unis reprennent le langage de la guerre froide et la politique de l'endiguement.

1- Reagan contre « l’empire du mal »
Leprésident Reagan veut réaffirmer le leadership américain et inaugure une politique plus déterminée contre le communisme. Pour contenir la « subversion communiste », les États-Unis s'appuient en Amérique centrale sur les régimes contre-révolutionnaires ; ils renversent les régimes marxistes (la Grenade, 1983) et soutiennent les Contras contre le Nicaragua. Reagan réaffirme son soutien à l’Afrique du Sud,critiquée pour sa politique d'apartheid. Le Pakistan bénéficie de l'aide des États-Unis pour équilibrer les progrès du marxisme dans la Corne de l'Afrique.

2 - La reprise de la course aux armements
Les négociations sur les euromissiles et celles sur la réduction des armes stratégiques piétinent et sont interrompues en 1983. Les deux grands reprennent la course aux armements. En 1980,l'URSS est la première puissance militaire nucléaire et conventionnelle. Les États-Unis relancent leur budget militaire. Chacun oblige l'adversaire à adopter un rythme de dépenses effréné en espérant qu'il s'épuisera financièrement.

3 - La crise la plus grave : les euromissiles
L'installation des missiles soviétiques SS 20 dans les démocraties populaires entraîne un déséquilibre nucléaireen Europe. L'URSS s'opposant aux négociations sollicitées par l’OTAN, Reagan propose l'option zéro, elle aussi rejetée. Les missiles américains Pershing sont alors installés et Reagan lance le projet d'IDS, défi financier et technologique tel pour l'URSS que cette dernière propose la reprise des négociations sur le désarmement en échange du renoncement des Américains au projet d'IDS.

4 - Leduopole en question
Le regain des tensions remet en cause la cogestion des affaires internationales par les deux puissances. Leur influence diminue, alors qu'émergent de nouvelles puissances sur la scène internationale : la Chine, la CEE, le Japon, les pays de l'OPEP. Les deux grands ne parviennent pas à contrôler les conflits périphériques, ni à avoir de prise sur des acteurs régionaux commela Syrie et la Libye.

B. la fin du face-à-face entre l’Est et l’Ouest (1985-1991)
L'arrivée de Gorbatchev au pouvoir en 1985 provoque un tournant essentiel dans la diplomatie soviétique.

1 - La diplomatie de Gorbatchev
Voulant limiter les dépenses militaires de l'URSS, totalement épuisée sur le plan économique, Gorbatchev entreprend vis-à-vis de l'Ouest une politique deséduction marquée par de nombreux déplacements. Partout, il réaffirme la volonté soviétique d’une politique pacifiste dont il donne des gages en ordonnant le retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan (avril 1988 - février 1989).

2 - La reprise du dialogue américano-soviétique
Dès 1985, Gorbatchev demande la reprise des négociations sur le désarmement, en acceptant que l'URSS fasse toujoursdes concessions plus importantes que celles des États-Unis. Le dialogue aboutit le 7 décembre 1987 à la signature du traité de Washington, qui prévoit la suppression des euromissiles dans un délai de trois ans. Ce traité marque une évolution importante, puisque c'est la première fois qu'il est question de destruction d'armes et que des inspections réciproques de contrôle de son application sontacceptées par les deux puissances.
Le dialogue se poursuit quand, en novembre 1990, le pacte de Varsovie et l'OTAN acceptent de réduire leurs forces conventionnelles stationnées en Europe.
L'apogée de ces négociations sur le désarmement est le traité START I, signé à Moscou en juillet 1991, qui annonce la destruction d'armes nucléaires américaines et soviétiques.
3 - La détente...
tracking img