Nouvelle fantastique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1869 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Je mis la clé dans la serrure, et ouvris la porte, laissant mon mari et mon fils entrer avant moi. Rapidement, mes yeux firent le tour de la pièce principale de la nouvelle résidence que mon mari envisagea de nous offrir grâce à l’héritage de son père. Cette maison avait été abandonnée durant la guerre, et dès l’instant où nous l’eûmes vue, nous nous renseignions sur sa remise en vente. Lesmeubles qui s’y trouvaient été anciens et abîmés, mais je n’avais aucunement l’intention de les garder. Nous parcourûmes notre nouvelle habitation de pièce en pièce. Quelques semaines passèrent, et nous achetâmes cette maison.

Les cartons étaient à peine posés sur le sol, que mon fils Jules s’empara des siens, un à un, les amenant dans la pièce qu’il avait choisi comme sa chambre. Nouspassâmes la journée à nettoyer, et à ranger les choses essentielles, comme tout ce qui devait se trouver dans la cuisine ou bien dans nos chambres. Je descendis les escaliers menant à la cave, et, curieuse de ne pas avoir vu cette porte auparavant lors de la visite, je l’ouvris. Seuls un placard et une bibliothèque quasiment vide s’y trouvaient. Je m’approchai de ce placard vraiment abîmé, et tournai lapoignée. Il me fallut forcer sur la porte pour arriver à l’ouvrir, et c’est là que mon regard se posa sur la seule chose s’y trouvant. Une poupée. Je m’en emparai, la regardant d’un œil assez curieux. Son visage était fait de porcelaine, légèrement rosie, et le reste de son corps était fait de chiffons sombres, formant une simple robe. Elle avait d’assez longs cheveux blonds. Mais elle n’était pasabîmée, comme si elle avait été épargnée par les bombardements de la Guerre, au contraire du placard dans lequel elle se trouvait. Je la reposai là où je l’avais trouvée, n’y prêtant pas plus d’attention, en me disant qu’elle avait du être oubliée, ou mise ici par mégarde par les précédents habitants. Je fermai la porte, et remontai à l’étage retrouver ma famille. Il était déjà tard, et nousétions tous les trois fatigués de cette journée. Gustave, mon mari alla coucher notre fils, alors que je sortais des cartons restant quelques affaires à placer dans le salon.
Je n’arrivai pas à dormir. J’étais pourtant fatiguée, mais il m’était impossible de trouver le sommeil. Tout le monde dormait dans la maison. Mais il y avait des bruits étranges, assez inquiétants. Je pensai que ça devait êtrele vent qui frappait contre les murs anciens de la maison. Soudain, un bruit de porte grinçante se fit entendre, et puis plus rien. Un rayon de lune éclairait l’horloge de la chambre, et je pus apercevoir qu’il était tout juste quatre heures de matin. Je ne tardai plus à m’endormir.

Le lendemain fut similaire à la veille. Nettoyage, rangement. Nous jetâmes certains des meubles bien tropdélabrés, et les autres encore en état furent donnés à une œuvre de charité. En fin de journée, il ne nous restait que les cartons où se trouvaient certains objets dont nous n’avions plus l’utilité. Je pris ces derniers, et les descendis à la cave. En revoyant ce fameux placard aperçu la veille, je décidai de l’ouvrir une nouvelle fois. Il ne faut pas le cacher, cette poupée m’intriguait. Je prisl’objet entre mes mains, et la détaillai du regard. On aurait dit un enfant, oui c’est cela, un enfant. Une petite fille. Je décidai de la montrer à mon mari, ainsi qu’à mon fils. Une fois à l’étage, je la leur montrai. Tous deux pensèrent également que cette poupée avait été oubliée lorsque les précédents habitants, il y a quinze ans de ça, avaient quitté la maison durant la guerre en 1915. Mon mariet moi avions préalablement fait des recherches sur ce quartier dans lequel nous nous étions installés. Nous apprîmes que la ville fut dévastée par l’Armée Allemande. Beaucoup avaient été tués, d’autres avaient réussi à prendre la fuite à temps. Les maisons, les biens des anciens habitants avaient été abandonnées. Il fallut treize ans avant que les maisons de ce quartier soient remises à la...
tracking img