Nouvelle fantastique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (501 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ayant pour but de me changer les idées , j’allai dans un troquet du cente-village . J’en poussai la porte , me dirigeai directement au bar afin de m’assoir sur un de ces hauts tabourets bancals etpoisseux ,et commandai un Whisky . Je remarquai que la salle était essentiellement occupée par des hommes âgés , tous avachis sur leur table .Un énorme billard ,au tapis déchiré, trônait au milieu de lapièce . Mes voisins du bar étaient ivres , les autres fixaient la télévision : une activité qui me semblait normale à cette heure de la nuit, dans ce genre d’endroit . Les lumières orangées meparessaient très vives et pourtant , elles n’éclairaient presque rien ! Un garçon m’apporta mon verre et je le bus d’un trait ! Je lui en réclamai un autre , puis un autre et encore un… Le temps passait ,et en glissant un œil sur l’écran de télévision ,je constatai avec étonnement que tous les clients m’observaient avec insistance et détournaient le regard dès qu‘ils croisaient le mien . Je mesentis soudain très mal à l‘aise, et me dirigeai vers les toilettes pour leur échapper ; il est vrai que j’avais un peu bu , la tête me tournait . Paniqué , je réglai et partis aussitôt, sentant cettehostilité dans mon dos !
En marchant, je réfléchis . Était-ce mes hallucinations qui refaisaient surfaces ? Je rentrai
à la maison et pendant mon trajet, me posais un tas de questions : quem’arrivait-il ? Redevenais-je comme avant mon admission à l’asile ? Devais-je alerter mon médecin de mon état ? Je n’en fis rien . J’étais ivre et me promener me faisait du bien ! Après j’aurais les idées plusclaires .
Arrivé chez moi je m’allongeai sur le lit et me remis a penser mais l’angoisse me saisi de nouveau lorsque je me rappelai de cet hôpital psychiatrique où j’avais été enfermé , dans cettepièce sombre , humide et sale . Cette pièce où était installé un ridicule lit de camp où lorsque je bougeai , les lattes grinçaient . Parfois le lit se repliait sur moi ! Et cette autre salle vide...
tracking img