Nouvelle lyrique, anne-marie schwarzenbach

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3852 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
EXPOSE sur Nouvelle Lyrique d’Anne-Marie SCHWARZENBACH

Anne-Marie Schwarzenbach publie son second ouvrage fictif, Nouvelle Lyrique, en 1933. La Nouvelle passe presque inaperçue : on lui reproche de faire preuve d’apolitisme, ce qui semble malvenu étant donné le contexte historique (Hitler devient chancelier et installe son régime cette année-là).
Nouvelle Lyrique raconte l’histoire d’unjeune bourgeois du Berlin des années trente, solitaire et malade, qui s’éprend d’amour pour une chanteuse de cabaret, Sibylle, avec qui il vivra l’expérience de l’errance nocturne. Cette relation avec la jeune femme, qui est le motif de l’écriture, est complexe et dévastatrice et se terminera d’ailleurs par un échec. Le narrateur fait plusieurs rencontres lors de son « voyage » : Erik et Willy, amisde Sibylle, Madame de Niehoff, une femme rencontrée lors d’un gala, mais aussi des rencontres de paysages et de ses propres émotions. Au travers de ces cheminements propres et figurés, le narrateur effectue un véritable voyage intérieur qu’il tente d’exprimer par l’écriture, qui constituera à la fois le support d’un carnet de voyage très visuel et d’une ode à sa passion pour Sibylle.
Lanouvelle se situe entre le caractère personnel du journal intime et le projet de don et donc d’ouverture potentielle. Elle est fracturée en de brefs chapitres et il est très difficile d’en recomposer la trame narrative, puisque la fiction n’est pas le but premier de l’œuvre. En effet, elle n’est ici qu’un support afin qu’Anne-Marie Schwarzenbach construise son manifeste, qui est également fortementimprégné d’éléments autobiographiques, Anne-Marie Schwarzenbach s’exprimant « sous le masque d’un narrateur masculin », ce même narrateur n’ayant logiquement pas de prénom, pas d’identité, puisque ce n’est pas son entité qui importe mais bien ce que celle-ci symbolise.
Nous allons à présent voir de quelle manière la Nouvelle Lyrique se figure à travers la notion de l’ambiguïté, émise par la doublefonction de l’œuvre en tant qu’autofiction et manifeste. Pour ce faire, nous étudierons d’abord les concepts et idéologies exprimés à travers la fiction, puis, les rôles symboliques des personnages fictifs.
I) Des concepts et idéologies exprimés à travers la fiction

1) Le lyrisme et l’écriture
Le thème de l’écriture est un thème dominant tout au long de l’œuvre et apparaît dès lapremière page : « J’entre dans le café À l’aigle rouge, où j’écrirai quelques lignes. »
En effet, le narrateur écrit sur sa condition, sa solitude, sur les relations qu’il entretient avec d’autres personnes mais surtout, il écrit sur sa relation avec Sibylle dans le but que celle-ci le lise et ainsi, créer une proximité qu’il ne peut obtenir autrement que par l’écriture : « Mon Dieu j’ai maintenantpris l’habitude d’écrire et je vais écrire un livre entier pour ainsi dire par mégarde… J’enverrai ce livre à Sibylle, elle le lira et me dira si elle le trouve bon ou mauvais. Si elle le trouve bon je le ferai publier ».
L’écriture est donc un moyen d’exorciser des maux physiques et affectifs : « je serais bientôt trop fatigué pour continuer à écrire et cependant je ne suis pas encore arrivé àmon sujet. Car j’ai bien un sujet. Je veux coucher par écrit l’histoire d’un amour ». C’est aussi un moyen de combler le vide, la distance qu’une relation peut contenir.
Il y a dans cette oeuvre une utilisation perpétuelle du lyrisme, figuré à travers de nombreuses descriptions de paysages qui entrecoupent les éléments de l’action, qui constituent ses « matériaux de prédilection ».
Le lyrismenarratif de Nouvelle Lyrique est « aux limites du poème en prose en écartant les conventions romanesques » comme le dit Emmanuelle Cotté. En effet, l’œuvre est parsemée de passages lyriques dépouillés, entre l’observation pure et sa mise par écrit poétique.
Ce lyrisme s’exprime notamment dans les nombreuses descriptions qui abordent la nature comme paysage de l’ailleurs et de l’infini et qui...
tracking img